Le vote stratégique ne tient plus, dit le Bloc

Élise Gauthier, Sabin Gaudreault et Jean-François Caron sont... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Élise Gauthier, Sabin Gaudreault et Jean-François Caron sont convaincus que l'élection de lundi permettra au Bloc québécois d'envoyer à Ottawa un nombre suffisant de députés pour défendre adéquatement les intérêts du Québec contrairement au NPD qui n'a absolument rien obtenu au cours des quatre dernières années

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À moins de 72 heures du scrutin général, les trois candidats bloquistes du Saguenay-Lac-Saint-Jean considèrent que le vote stratégique NPD pour défaire le gouvernement de Stephen Harper ne tient plus la route puisque le parti de Thomas Mulcair est en chute libre dans tous les sondages d'opinion.

Il est donc plus nécessaire que jamais, selon le message livré au Cercle de presse hier matin par la formation souverainiste, de déléguer à Ottawa un groupe de députés bloquistes qui auront une influence déterminante pour un gouvernement minoritaire libéral puisque le chef Gilles Duceppe a déjà annoncé qu'il ne collaborera jamais avec Stephen Harper. Sur ce point, la candidate dans Chicoutimi-Le Fjord, Élise Gauthier, réitère le constat fait au cours des quatre dernières années.

«On ne pose pas souvent la question à savoir ce que les 58 députés NPD envoyés à Ottawa par le Québec en 2011 ont rapporté. Pas un seul sou noir. Ils ont mis trois ans à apprendre leur rôle et ils n'ont jamais rien réussi à aller chercher. Ce n'est pas le nombre qui compte, mais bien leur détermination et une quinzaine de députés du Bloc pourraient aller chercher beaucoup plus», a repris Élise Gauthier qui a rappelé les gains importants de la formation souverainiste pendant le règne des gouvernements minoritaires à Ottawa.

Sur ce point, son collègue dans Jonquière Jean-François Néron a rappelé le règlement de l'épineux problème du déséquilibre fiscal entre Ottawa et le Québec. Un dossier qui a trouvé son dénouement au moment où le Bloc jouait un rôle central avec un gouvernement minoritaire en place à Ottawa.

Les candidats bloquistes ont repris les grands dossiers de la présente campagne en fonction des problèmes régionaux et celui du soutien à l'industrie forestière arrive en tête des priorités. Le candidat Sabin Gaudreault dans Lac-Saint-Jean a décortiqué l'engagement néo-démocrate de 105 M$ sur trois ans. Cette promesse représente pour le Québec 8 M$ par année au cours des trois prochaines années alors que les besoins se chiffrent en centaines de millions de dollars.

Le Bloc Québécois promet quant à lui un programme d'intervention pour faire face à la tordeuse du bourgeon de l'épinette aussi généreux que celui déployé par Ottawa en Colombie-Britannique, au lieu des 8 M$ accordés au Québec par le gouvernement conservateur. On parle d'un engagement de l'ordre d'un peu plus de 200 M$.

centres de recherches

L'attention du Bloc québécois se porte aussi sur la survie des centres de recherche du gouvernement canadien au Québec, dont celui sur les technologies de l'aluminium ainsi que la ferme expérimentale de Normandin. Les bloquistes craignent l'érosion de ces centres et Sabin Gaudreault a rappelé qu'il n'y avait plus que 50% d'un chercheur à Normandin pour couvrir tout le volet de la boréalité en agriculture.

Avec la possibilité de détenir la balance du pouvoir, le Bloc québécois va jusqu'à annoncer une augmentation de 110$ par mois pour les personnes âgées qui reçoivent du supplément du revenu garanti. Les députés du Bloc ont signalé la grande opération qui avait permis d'informer 42 000 Québécois qui ignoraient avoir droit à ce programme fédéral destiné aux personnes âgées les plus pauvres de la société au milieu des années 2000.

Le candidat Jean-François Caron pouvait difficilement clore cette campagne électorale sans ramener à la surface le problème de la vente d'entreprises ou d'usines québécoises qui permettent à des grandes corporations de mettre la main sur un marché ou une technologie avant de délocaliser les opérations comme ce fut le cas avec Graphic Packaging.

Depuis le début de la campagne, les bloquistes peinent à dépasser la barre des 20% d'appuis dans la région la plus souverainiste du Québec. Hier, les trois candidats ont assuré que ces résultats dans les sondages ne devaient pas être interprétés comme étant une baisse de l'appui à la souveraineté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer