Le ministre Denis Lebel

«Je vais continuer à faire ma "job"»

Denis Lebel a dressé le bilan de ses... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Denis Lebel a dressé le bilan de ses derniers mandats, hier.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

«La meilleure promesse que je peux faire, c'est que je vais continuer à faire ma "job".»

Le ministre Denis Lebel a officiellement amorcé sa quatrième campagne électorale fédérale, hier à Alma, après avoir déposé son bulletin de candidature au bureau d'Élections Canada. Le député conservateur a rappelé que son gouvernement a participé au financement de 630 projets de développement et de création d'emplois au Saguenay-Lac-Saint-Jean, depuis son entrée sur la scène fédérale.

Mais à deux mois du scrutin, le ministre préfère ne pas formuler d'engagements précis.

«J'offre encore mes services pour supporter l'économie de mon comté, mais aussi de toute la région. Je ne dis pas que je vais remplir tel ou tel engagement sur telles compagnies. Ce n'est pas moi le promoteur. Mais j'ai prouvé dans les sept années passées que je peux être un outil, un support au développement économique lorsque des entrepreneurs ont des projets», a exprimé Denis Lebel, qui a rencontré les médias, hier matin, dans son nouveau local almatois, situé sur l'avenue du Pont Nord.

Le député conservateur a choisi Alma pour lancer officiellement sa campagne. Un secteur qui fait nouvellement partie de sa circonscription et où le NPD a remporté les élections en 2011, avec la victoire de Claude Patry contre le conservateur Jean-Pierre Blackburn.

«Tout le Lac-Saint-Jean est maintenant ensemble. C'est comme naturel pour moi. Mais les électeurs du comté ont eu droit à deux partis depuis la dernière élection, le NPD et le Bloc. Et les gens que je rencontre ici me parlent de député absent, de parti absent. Je respecte Claude Patry et je souhaite que la vie continue d'être bonne avec lui. Mais les gens du comté ont vu qu'avec le NPD et le Bloc, ça n'a pas réglé de dossier», a répondu le candidat conservateur, questionné sur l'ajout d'Alma à sa circonscription.

Postes Canada

Les coupes de services chez Postes Canada font partie des sujets chauds de la campagne électorale. Les syndicats et les chefs des autres partis accusent les conservateurs d'être derrière ces compressions. Et plus récemment, le maire Denis Coderre a détruit une dalle de béton qui devait accueillir l'une des nouvelles boîtes postales. Un geste que le ministre Denis Lebel n'a pas voulu condamner. Il faut dire que les deux hommes entretiennent de bonnes relations. Le maire de Montréal se trouvait d'ailleurs en compagnie de M. Lebel au Souper dans les rues de Roberval, lors de la Traversée internationale du Lac-Saint-Jean.

«Je laisse les gens de Montréal juger. Mais les faits de Postes Canada sont simples. Comme toute entreprise ou organisation, si elles ne sont pas rentables, un jour ils vont avoir de la difficulté. Il y a un 1,6 milliard de lettres en moins que lorsqu'on est arrivés au gouvernement. Mais ce sont des sociétés de la Couronne qui sont indépendantes qui prennent leurs décisions de gestion. Postes Canada risquait un déficit actuariel d'un milliard$ dans le fonds de pension s'il ne prenait pas de décision. Évidemment, pour le syndicat, c'est plus facile de pointer le gouvernement en campagne électorale», a insisté M. Lebel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer