Les régions rayées de la carte

CHRONIQUE / Les régions sont à toute fin éradiquées de la carte médiatique... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Brochu

Isabel Brochu est chroniqueuse pour Le Quotidien.

Le Quotidien

CHRONIQUE / Les régions sont à toute fin éradiquées de la carte médiatique québécoise. C'est la terrible conclusion qu'il faut tirer du bilan produit par Influence Communication en décembre.

On y apprend que la couverture médiatique des sujets concernant les régions est passée sous la barre de 1 % en 2015. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean (14 %) fait partie des trois régions qui attirent 91 % de l'intérêt médiatique avec Montréal (53 %) et Québec (24 %). Faut-il s'en réjouir? Non. Ce bilan n'est pas un concours de popularité, mais un indicateur du degré d'intérêt (manifestement de désintérêt ici) du Québec pour ses régions. Jean-François Dumas, directeur d'Influence Communication, affirme sans détour que « pour les gens, l'importance d'un sujet dépend de sa médiatisation. Et, médiatiquement parlant, les régions sont en train de disparaître ».

Rappelons que le rapport Payette (L'information au Québec - Un intérêt public) constatait en 2010 une montréalisation des médias, la faiblesse de l'information interrégionale ainsi que des disparités entre les régions en matière d'accès à une information locale et régionale diversifiée. En découle un clivage entre Montréal et les régions ainsi qu'entre les territoires périphériques (que savons-nous de l'actualité en Abitibi-Témiscamingue, Gaspésie, Côte-Nord, etc.?). Sans parler des impacts sur la démocratie. Le bilan d'Influence Communication le confirme dans l'indifférence générale.

Pourquoi en sommes-nous là? Sans nier la complexité de la réalité médiatique, Dumas explique que les réseaux nationaux d'information sont peu présents en région et le temps accordé aux sujets régionaux dans les émissions nationales est faible. La mise en réseau des médias favorise aussi la reproduction des mêmes nouvelles à l'échelle du Québec.

De plus, la couverture des campagnes électorales se fait surtout à travers les chefs des partis et laisse peu de place à la parole des députés qui portent les enjeux territoriaux. Ajoutons l'appauvrissement et la fermeture de médias locaux et régionaux notamment les coupes continues à Radio-Canada et Télé-Québec qui nuisent à la production d'information originale. Oui, la région s'en tire plutôt bien, car elle compte encore des hebdos, quotidiens et stations régionales. En 2015, la couverture nationale des déclarations du maire Jean Tremblay, sans égard à leur pertinence, contribue à la position régionale (prière, charge contre Greenpeace et les intellectuels, niqab, etc.). Pas de quoi sortir le champagne si on considère l'ensemble du problème.

Dumas croit que des représentants des régions doivent travailler ensemble pour porter les enjeux régionaux à l'extérieur, se battre et revendiquer leur place. Il a raison. Mais il faut aussi lutter férocement pour le maintien et la diversité des médias locaux et régionaux notamment les médias publics. Qui le fera?

C'est une métaphore inversée de la saucisse Hygrade. Moins on en parle, moins on s'y intéresse. Moins on s'y intéresse, moins on en parle. Si j'étais pessimiste, et je le suis, je dirais que ce bilan nous ramène brutalement à la question de l'avenir des régions périphériques. Une vision salement amochée depuis 2014. Je répète souvent que l'occupation et le développement des territoires ne sont plus des enjeux politiques. Médiatiquement absent. Politiquement négligeable. Le Québec existe-t-il dans une généralité montréalaise sans considération pour les spécificités régionales? Comment peut-on débattre de la place des régions dans le développement du Québec si nous n'existons pas dans le discours public? On dit que poser une bonne question est ô combien plus difficile que trouver des réponses. Ce bilan nous invite plus que jamais à nous poser collectivement les bonnes questions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer