Un boston terrier heureux sans ses yeux

En promenade avec sa famille, Samba fait tourner... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

En promenade avec sa famille, Samba fait tourner les têtes. Elle est la preuve vivante que le chien a une grande capacité d'adaptation.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Picotte
Le Quotidien

PICOTTE / Tout a commencé en mars 2015, alors que les propriétaires de Samba ont vu subitement apparaître un voile bleu sur son oeil droit. Le vétérinaire annonce une luxation du cristallin. La petite chienne doit se faire enlever son oeil.

Sans se poser de questions, sachant très bien que Samba aurait une belle qualité de vie avec un seul oeil, Cynthia Lagacé et Linda Béliveau acceptent que le vétérinaire procède à l'intervention.

Trois mois plus tard, c'est au tour de l'oeil gauche de devenir bleuté, mais cette fois, la petite bête a beaucoup de douleur. Même si le couple se rend à Québec, dans une clinique spécialisée, pour rencontrer des spécialistes et espérer sauver l'oeil de Samba, il est trop tard. Encore une fois, il faut lui enlever son oeil. Cette fois-ci Cynthia hésite. «Par peur de la voir souffrir, moi, j'ai pensé à l'euthanasie», se remémore Cynthia. Plusieurs questions se bousculent dans sa tête. Est-ce que Samba risque de devenir nerveuse, agressive, dépressive? Ça fait partie des risques. Pour Linda, il est hors de question d'opter pour l'euthanasie, malgré l'investissement qui dépasse les 2000$, comprenant la première intervention.

Saphir ne semble pas s'être rendu compte que... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau) - image 2.0

Agrandir

Saphir ne semble pas s'être rendu compte que son amie Samba a perdu ses yeux. Elle continue de lui apporter ses jouets et l'invite à la suivre pour faire la course !

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

«Après tout, ça représente les coûts d'un voyage dans le Sud... Et, en voyage, on est là pour seulement une semaine. Samba a juste six ans et elle a encore plusieurs années devant elle», se raisonne Cynthia. L'intervention a donc lieu.

Le 18 juin 2015, en revenant à la maison sans ses yeux, collier élisabéthain au cou, Samba est très calme. Au bout de deux semaines, en lui retirant son collier, sa joie de vivre revint instantanément. «Elle s'est rapidement adaptée à sa nouvelle vie. Nous nous sommes aussi adaptées en mettant des barrières pour ne pas qu'elle tombe dans les escaliers», ajoute Cynthia. Cynthia et Linda lui ont fait faire beaucoup d'exercice pour qu'elle développe de nouveaux trucs pour se repérer dans la maison. «Samba ne s'est jamais autant servie de son odorat. Elle frôle aussi ses oreilles sur les objets pour s'orienter», poursuit le couple. Samba accueille encore la visite avec joie et se laisse flatter en toute quiétude. Évidemment, plus question de la laisser en liberté sans surveillance.

Problème génétique

En plus d'avoir fait des ulcères aux yeux, Samba a aussi des allergies alimentaires et fait souvent des otites. «C'est peut-être génétique. Samba provient d'une usine à chiens. Le prochain chien que je vais adopter va provenir de chez un éleveur», projette Cynthia. Bien que les chiens achetés en usine sont moins dispendieux, ils réservent parfois de très mauvaises surprises génétiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer