2016 ne sera pas bien différente!

Ce jeune garçon, croqué à Minsk en Ukraine,... (Photo AFP)

Agrandir

Ce jeune garçon, croqué à Minsk en Ukraine, doit espérer que l'avenir sera meilleur.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

CHRONIQUE ÉGLISE / En 2016, nous rencontrerons des défis semblables, par exemple: l'arrivée d'un enfant et le chambardement qu'il provoque; la maladie de certains proches ou la nôtre; des accidents de vélo, de voiture, de sport ou en marchant; l'échec d'un amour, la négociation pour la garde partagée; les tensions avec notre voisinage ou des membres de notre famille; la perte d'un emploi ou une situation prolongée de grève ou de lock-out; un déménagement dans une situation complexe ou une maison qui ne se vend pas; la perte d'un être cher et le deuil à faire.

Il y aura aussi: de l'intimidation dans nos écoles; des overdoses de drogue; des batailles de gars ivres ou des abus, viols et meurtres; des excès de consommation et de l'endettement; des détournements de fonds publics, et la corruption chez certains de nos élites; du racisme et de la xénophobie; des positions pour et contre tout et des coups en bas de la ceinture au lieu de débats rationnels; des attentats terroristes et les privations de liberté; des manifestations voulues pacifiques, mais réprimées dans la violence; des catastrophes naturelles et d'autres tragédies provoquées par les humains; et surtout toutes ces guerres, des populations prises en otage, bombardées, déplacées, n'aspirant plus qu'à trouver refuge, après avoir abandonné tout espoir.

Il y aura aussi, c'est tout aussi certain: des retrouvailles et des réconciliations; des élans de solidarité face à la misère; des déclarations d'amour qui ouvrent au bonheur possible; des familles reconstituées qui redonnent aux enfants un contexte favorable; des interventions efficaces pour contrer toute forme d'intimidation; des «coming-out» libérateurs au sein de communautés inclusives; des témoignages vibrants pour dire qu'autrement est mieux et qu'essayer en vaut la peine.

Partout, dans le monde, nous serons témoins de la générosité et de l'ingéniosité de frères et de soeurs en humanité pour combattre les poussées des ténèbres, dénoncer les injustices, accueillir les réfugiés, obtenir des droits pour qui en sont privés et pour laisser surgir le goût de la vie bonne, juste et paisible pour tous.

En 2016, la vie ne sera pas différente, mais chacune et chacun de nous pourra l'être un peu si, en mettant un peu plus en avant l'espérance plutôt que le découragement; la générosité plutôt que le repli sur soi; l'amour de la différence plutôt que du semblable exclusivement; nous nous mettons davantage ensemble, déterminés à bâtir un avenir réellement meilleur pour nos enfants et toutes les générations qui nous suivront.

Des voeux tout simples

Alors, puisque 2016 ne sera pas très différente de 2015, je vous souhaiterai donc des voeux tout simples: que la vie vous accorde la force, le courage et la résilience pour affronter tous les passages difficiles qu'elle vous présentera, en particulier ceux qui paraîtront sans issue; qu'elle vous procure des moments de fierté pour vos accomplissements personnels et pour vos réussites de groupe; qu'elle vous donne d'être entourés de gens aimants, capables d'attention tout autant que réceptifs à la mutualité; qu'elle vous apporte au fond du coeur la certitude que la paix est la richesse la plus féconde et la conviction que votre mission est d'y travailler sans relâche, auprès de toutes les artisanes et tous les artisans de paix qui oeuvrent en ce monde. Oui, en 2016, plus de paix!

Jocelyn Girard, agent de pastorale

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer