Pis, le Bye bye?

CHRONIQUE / Avez-vous pas ri? Avez-vous ri deux ou trois fois ou avez-vous dû... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Joël Martel
Joël Martel

Notre chroniqueur Joël Martel »

Joël Martel
Le Quotidien

CHRONIQUE / Avez-vous pas ri? Avez-vous ri deux ou trois fois ou avez-vous dû vous changer de pantalon cinq fois parce que vous avez trouvé ça trop drôle?

En ce qui me concerne, quand bien même que je vous dirais que j'ai trouvé ça ennuyant à mourir ou drôle à s'en faire exploser la rate, je ne pense pas que Louis Morissette prendra le temps de décortiquer cette chronique en s'installant bien confortablement à sa table de travail tout en prenant des notes avec une plume et en ne s'éclairant que d'une bougie.

Je vous dis ça parce qu'en regardant le Bye bye 2015, je n'arrivais pas à m'enlever de la tête que ça doit être un sacré bordel de produire un show de la sorte. Non seulement on vit à une époque où à peu près tout le monde n'attend que la première occasion pour s'offusquer de quoi que ce soit, mais en plus, la pression doit être juste insupportable.

En fait, à bien y penser, un Bye bye, c'est un peu comme un atterrissage d'urgence en avion, c'est-à-dire que dans le plus optimiste des scénarios, il n'y aura aucun blessé. Or, c'est certain que du monde va chialer quand même parce que l'avion est tout brisé et là, ça va être le fameux cirque de «c'est la faute à qui et à quoi».

Mais bon, même si on ne s'en vantera pas trop, il reste que c'est toujours quand même un peu le fun de donner son avis sur le Bye bye, alors à quoi bon bouder son plaisir?

Maintenant, à savoir si les blagues étaient bonnes ou non, je ne pense vraiment pas être la personne tout indiquée pour en juger. La preuve: malgré mes bonnes intentions de rigoler, j'ai peut-être ri cinq fois (vous savez, ce rire subtil qu'on laisse entendre en expirant rapidement deux brefs coups par les narines) alors que ma blonde a plutôt bien apprécié le résultat final.

Or, tout ça m'a permis de me laisser aller à une réflexion, qui à mon humble avis, ne m'apparaît pas si folle que ça.

Alors voilà, vous savez quand ils ont annoncé qu'un nouveau Star Wars serait en chantier, ce qui a le plus excité les vieux fans du début, outre le retour de plusieurs comédiens de la trilogie originale, c'était notamment le fait que le réalisateur J.J. Abrams s'était engagé à revenir à des méthodes plus traditionnelles en ce qui concerne les effets spéciaux et les décors. C'est-à-dire qu'au lieu de tout filmer devant des écrans verts afin de créer numériquement des décors, l'équipe de production a fait le pari de tourner devant de véritables décors.

Ici, je vous dis ça comme ça, mais tsé les gros trucages numériques et les explosions et tout le tralala, bien que les premières fois où on a vu ce genre d'effets dans des productions québécoises, c'était quand même étonnant, est-ce qu'on peut regarder la vérité en face et se dire qu'on commence un peu à en avoir fait le tour?

Et puis, c'est pas comme si c'est ça qui faisait qu'un truc était drôle ou non.

Je me surprends moi-même de vous dire ça, mais ça pourrait éventuellement être intéressant de remettre les compteurs à zéro et de revenir à un Bye bye plus «traditionnel».

Avec les bons interprètes qui participent au Bye bye, je ne crois pas qu'ils aient besoin de tous ces artifices comme des grosses prothèses afin de rendre des imitations réussies. Et puis, en excluant cette espèce d'obsession pour les effets spéciaux créés par ordinateur, on pourrait peut-être arriver à quelque chose d'un peu plus spontané, non?

Et puis, tant qu'à faire, pourquoi ne pas se payer le bon vieux ''trip'' du direct avec tout ce qu'il y a de rafraîchissant qui vient avec ça, comme notamment les fameux décrochages qui provoquent des fous rires contagieux.

Peut-être ne suis-je qu'un nostalgique, mais dans sa forme actuelle, j'ai l'impression que le Bye bye est un peu l'équivalent d'un film du genre «ta yeule pis mange ton popcorn». On est plus d'un million à se réunir à la même heure pour regarder le même show. Ça serait peut-être le fun qu'on ait l'impression de le vivre ensemble ce moment-là.

Sur ce, bonne année à tous et à toutes!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer