2016 s'annonce poissonneuse

CHRONIQUE CHASSE & PÊCHE / Je n'ai pas consulté le calendrier du pêcheur, mais... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE CHASSE & PÊCHE / Je n'ai pas consulté le calendrier du pêcheur, mais j'ai l'impression que la saison de pêche 2016 risque d'être productive pour les différentes espèces de poissons sportifs du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Si l'on commence par le roi de nos rivières, le saumon atlantique, la saison dernière a été très encourageante pour les gestionnaires qui ont constaté des remontées migratoires au-delà des espérances. Pour les pêcheurs sportifs, les conditions d'eau ont été très favorables tout l'été, une saison épargnée par les sécheresses et de trop chaudes journées.

Bien que le saumon soit une espèce qui connaît des difficultés, les perspectives de pêche sportive n'ont pas raison d'être en baisse l'été prochain. La remise à l'eau des grands saumons (63 centimètres ou plus) sera obligatoire dans les rivières à saumon du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie, de la Côte-Nord, de la Capitale-Nationale et du Saguenay-Lac-Saint-Jean, et ce, dès le début de la saison 2016. Cette mesure n'aura pas d'impact sur l'aspect sportif de la pêche, mais risque d'en décourager quelques-uns. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs réévaluera l'application de cette mesure en milieu de saison en fonction de chaque rivière. S'il y a abondance, il pourra être permis de conserver les grands saumons capturés dans cette rivière dans la deuxième moitié de la saison. Si la montaison s'avère insuffisante, la remise à l'eau des grands saumons demeurera obligatoire jusqu'à la fermeture de la pêche. Les rivières Causapscal et Moisie ne sont pas concernées par ces mesures restrictives.

Ouananiches

La pêche à la ouananiche au Lac-Saint-Jean devrait ouvrir encore plus tôt cette année, soit à la mi-mai comme l'an passé. En 2014, l'ouverture de la pêche à la ouananiche a eu lieu le vendredi 15 mai au lieu du vendredi 22 mai, une mesure que les pêcheurs attendaient depuis plus de 25 ans.

Un nouveau cycle d'abondance s'amorce en 2016. Autrement dit, ça ne pourra pas être pire que les cinq dernières années. De plus, cet hiver, à environ trois kilomètres au large de l'embouchure des rivières Mistassini et Ticouapé, près des vestiges de l'île aux Pins, pas moins de 25 frayères à éperlans arc-en-ciel seront aménagées par la Corporation de LACtivité Pêche Lac-Saint-Jean (CLAP) en collaboration avec le ministère de la Faune.

Si ces frayères favorisent la reproduction d'éperlans, on risque de constater des impacts au bout de nos cannes à pêche dès cet été. En 2014, plus de 500 ouananiches ont remonté la passe migratoire de la rivière Mistassini et plus de 300 se sont pointées à l'automne 2015. Ce ne sont pas des chiffres très encourageants, mais si les frayères à éperlans se mettent à produire, le taux de survie des ouananiches sera en hausse.

Pour la pêche à la ouananiche, la situation ne peut que s'améliorer, tant en rivière qu'en lac.

dorés

Dans le rapport annuel de la CLAP 2014, les scientifiques de la Chaire de recherche sur les espèces aquatiques exploitées de l'UQAC nous apprenaient que les variables qui influencent la croissance des dorés jaunes du lac Saint-Jean sont peu connues, mais que la température a un effet mesurable en plus de l'abondance de nourriture.

La croissance des jeunes dorés au cours de leurs premières années de vie est étroitement liée à la température moyenne quotidienne cumulée dans l'année, selon les chercheurs. «C'est-à-dire que les années globalement chaudes, caractérisées par un printemps hâtif et/ou un automne tardif, sont associées aux meilleures années de croissance des jeunes dorés. Comme nous avons connu un automne tardif, il y a de fortes chances que les jeunes dorés aient eu une bonne poussée de croissance.

Patience

C'est donc avec impatience que nous allons attendre l'arrivée du printemps pour évaluer l'aide de nos cannes à pêche si les observations des scientifiques seront infirmées ou confirmées au bout de l'hameçon. Les pêcheurs ne sont pas une espèce menacée, mais leur effort de pêche semble être directement proportionnel avec l'abondance de poisson. C'est avec plaisir que nous le démontrons encore cette année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer