Une année comme un portage

Le Théâtre La Rubrique a connu du succès... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Le Théâtre La Rubrique a connu du succès avec la pièce Saint-André-de-l'Épouvante, écrite par Samuel Archibald.

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

CHRONIQUE / Gilles Vigneault a souvent recouru à la métaphore du portage, l'une des plus belles héritées de nos ancêtres. Elle montre de quelle manière on arrive à surmonter une difficulté, souvent à plusieurs, avant de retrouver des eaux plus calmes. C'est aussi une bonne façon de résumer ce que fut l'année 2015 sur la scène culturelle.

Le mot portage enveloppe plusieurs réalités qui ont trouvé un écho dans l'actualité des derniers mois. Il y a eu de brusques montées, des passages dangereux, beaucoup d'efforts pour couvrir une faible distance, parfois des reculs. En même temps, on a vu de charmantes initiatives qui ont trouvé leur public, rappel utile du fait que portage rime avec partage.

L'émergence de l'Ensemble Talisman, une formation regroupant des musiciens de tous âges, provenant de différentes écoles de la région, constitue un exemple éloquent. Il a sorti deux disques cette année et tenu des concerts qui ont fait salle comble, ou presque, à la chapelle de la cathédrale de Chicoutimi.

C'est comme la ligue de slam enracinée au Bar à Pitons de Chicoutimi. On y trouve des gens associés aux mondes du théâtre, de la littérature et des arts visuels, mais aussi un public allumé. Une année a suffi pour que les participants gagnent le respect de leurs collègues des autres régions du Québec. Pourvou qué ça doure, comme disait la mère de Napoléon.

Le chaud et le froid

En théâtre, les compagnies de la région sont demeurées très actives, très créatives, même si le terrain devient de plus en plus glissant. Trop souvent, les spectateurs se font tirer l'oreille en dépit de la qualité des productions. L'argent se fait rare, aussi, en ces temps de disette économique et budgétaire.

Le cas de La Rubrique illustre bien cette alternance du chaud et du froid. La compagnie jonquiéroise a remis à l'affiche - avec succès - le Festival international des arts de la marionnette. Elle a aussi fait un tabac avec sa création annuelle, Saint-André-de-l'Épouvante, avant de voir sa programmation scolaire torpillée par les moyens de pression des enseignants.

En musique, les petites salles connaissent des fortunes diverses. Le Côté-Cour est en mode redressement à Jonquière, tandis que le Sous-Bois de Chicoutimi accumule les primeurs et vient de lancer un festival sur le thème de l'Oktoberfest. On remarque aussi beaucoup d'activité à l'Espace M. Lavoie de Saint-Bruno, où Georges Chelon s'est pointé en août.

Dans les grandes salles, on a relevé un fort penchant pour les spectacles d'humour chez Diffusion Saguenay. C'est moins leur nombre que la part ténue réservée au théâtre et à la danse qui ont suscité des interrogations lors du dévoilement de la programmation 2015-2016. Une affaire à suivre, tout comme le sort du Palace, fermé jusqu'à nouvel ordre.

Parcours interrompus

Bien sûr, il arrive que des voyageurs ne se rendent pas au bout du portage. Certains posent leur paquet tout doucement comme l'ont fait Marie-Dominique Bergeron, directrice du Camp musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean, et Renée-Paule Gauthier, responsable de la programmation au Rendez-vous musical de Laterrière. Les deux ont été remplacées par David Ellis.

Jacques Clément, lui, est toujours chef de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais a confirmé son départ. En revanche, c'est contre leur gré que Réjean Bouchard et Jean-Marc E. Roy ont quitté le Côté-Cour et Le Lobe, que Paule Therrien et l'animatrice Marie-Christine Bernard ont perdu leurs tribunes culturelles à Radio-Canada et à TVA.

Pour finir sur une note positive, rappelons qu'en matière de portage, personne ne pourra accoter les membres du groupe Mosaïque. Ils ont donné des spectacles au Bengale à l'invitation de leur ami Surojit, en plus d'enregistrer un disque avec lui. Si on était à l'ADISQ, c'est à eux que reviendrait le Félix du plus grand rayonnement à l'international.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer