La justice n'est pas vengeance

Reconnu coupable du meurtre de ses enfants, Guy... (Archives La Presse)

Agrandir

Reconnu coupable du meurtre de ses enfants, Guy Turcotte est en attente sur le nombre d'années qu'il devra purger avant d'être admissible à une libération conditionnelle.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

CHRONIQUE ÉGLISE / Les ossements de Cédrika Provencher, le procès de Guy Turcotte: nous sommes témoins ces jours-ci des plus récents rebondissements dans ces drames. Dans ce flot de commentaires acerbes, rappelons-nous que la véritable justice est celle qui pacifie les coeurs et non celle qui cherche la vengeance.

Et l'étalage de tous les détails macabres n'a pu que nous entraîner collectivement dans une sorte de délire. Notre désir de justice peut se confondre alors avec celui de la vengeance. «Il doit payer, l'écoeurant!», «pour lui, le retour de la peine de mort serait justifié!», ai-je entendu au sujet de Guy Turcotte.

Le sens de la justice

Le verdict du premier procès de Guy Turcotte avait de quoi étonner. Tant de subtilités, de terminologies spécialisées faisaient en sorte que nous n'étions pas en mesure d'en saisir la portée exacte. Si un deuxième procès a pu avoir lieu, ce n'est certes pas sur des arguments populistes. Non, notre système de justice permet de réviser les conditions qui ont conduit à un jugement et de considérer que certaines procédures ou «influences» ont pu égarer un jury, d'où la reprise.

En réalité, la justice constitue avant tout un idéal moral que toute société s'exerce à mettre en oeuvre à travers ses institutions. Si elle a quelque chose d'inné, elle s'organise socialement dans la complexité et la recherche d'équilibre. Elle actualise le respect des droits et l'équité à l'égard des personnes et du bien commun, dans une recherche d'harmonie entre les humains. Elle garantit aux individus qui respectent les lois de pouvoir user des libertés individuelles et collectives. Elle sanctionne les mauvais comportements en proportion du tort causé à autrui. La justice est neutre, mais jamais totalement objective, car les lois sont votées en fonction des moeurs, des valeurs dominantes et de ce qui est jugé raisonnablement acceptable ou non par une culture particulière.

«Notre» justice a donc été rendue dans l'affaire Turcotte, mais elle n'apaisera que les personnes qui la cherchaient vraiment! Toutes les autres qui avaient soif de vengeance ne s'en satisferont pas.

À peine sortions-nous de cette affaire que la découverte d'ossements appartenant à la petite Cédrika Provencher, disparue depuis 2007, donne espoir à ceux qui espèrent que l'étau se resserrera sur le meurtrier. Sans rien enlever à la légitimité de ce souhait, il faut reconnaître que certains commentaires vont trop loin sur le sort qui attendrait le suspect une fois appréhendé.

La justice doit pacifier

Depuis toujours, l'être humain a cherché à instaurer les meilleures conditions possibles pour accomplir la justice. Les religions y ont beaucoup contribué. Dans leurs expressions les plus conformes à la quête d'amour et de paix qui en sont la source, les religions ont appelé à cet équilibre qui permet la stabilité d'une nation par la proportionnalité des sanctions appliquées en fonction des époques.

De nombreuses voix chrétiennes ont contribué à éliminer la peine de mort presque partout dans le monde occidental, en voyant dans la légitime défense le seul motif acceptable d'homicide. Si un bon système de justice permet aux personnes abusées, spoliées ou subissant des torts de parvenir à retrouver la paix intérieure, il doit également offrir aux contrevenants de réelles possibilités de réhabilitation. Enfin, la foi a aussi inspiré les personnes aux prises avec de grandes colères à trouver le réconfort dans le regard et la tendresse de Dieu.

La justice est aveugle. Mais le public est parfois aveuglé. En marge des affaires hautement émotives ci-haut mentionnées, il importe maintenant de penser aux personnes qui en ont subi les dommages. Les proches et... peut-être un peu nous tous, car nous nous sommes fait proches de ces douloureuses histoires! En cette année où les catholiques redécouvrent la miséricorde, puissent la paix et le pardon s'installer comme une brise légère au plus profond des coeurs.

Jocelyn Girard, agent de pastorale

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer