L'économe

Le prix de la facture: 24,87$.... (Photo Le Quotidien, Patricia Rainville)

Agrandir

Le prix de la facture: 24,87$.

Photo Le Quotidien, Patricia Rainville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

CHRONIQUE / Pour les besoins du défi, j'ai réalisé toutes mes emplettes à un seul et même endroit. Étant donné que je cherchais à payer le moins cher possible, je me suis dirigée vers Super C. Je dois toutefois le préciser, je ne fais jamais mes emplettes à cet endroit, pour la simple et bonne raison que je préfère rester de mon côté de la rivière Saguenay lorsque je fais mon épicerie.

Je n'ai évidemment pas eu de difficulté à me procurer tous les ingrédients de notre liste. En cinq minutes, mon panier accueillait des bananes, des champignons, des carottes et un morceau de fromage cheddar. Fait intéressant, j'ai opté pour des carottes du Québec, puisque ce sont elles qui étaient les moins dispendieuses, comparativement à celles importées des États-Unis.

J'ai également choisi le cheddar d'une fromagerie régionale, qui était moins cher que celui de la marque maison. J'étais contente, puisque je ne voulais pas devoir vous dire que tous les produits locaux sont plus dispendieux que ceux fabriqués à l'étranger.

Même si je ne suis pas prête à me balader d'une épicerie à l'autre et à payer encore plus cher que je le fais déjà pour mon panier d'épicerie, je préfère évidemment encourager les commerçants locaux.

La situation s'est corsée au comptoir des viandes. Mettant la main sur le paquet de côtelettes de porc le moins cher possible, j'ai eu beau examiner l'emballage sous toutes ses coutures, je n'ai jamais réussi à savoir d'où provenait le gentil cochon qui a servi à la fabrication de ces côtelettes. Même chose pour le gâteau au chocolat que j'ai acheté au rabais, à 5$. Pour la fraicheur, on repassera. Ledit gâteau n'était peut-être pas très cher, mais il n'était pas très frais non plus.

J'ai dû privilégier la marque maison en ce qui concerne la vinaigrette, le pain et le savon. Le prix de ces trois produits était nettement moins élevé, lorsqu'on les comparait à celui des marques plus connues.

Bien entendu, mes produits n'ont rien de très sexy, si je les compare à ceux de ma collègue Laura.

Prenez la vinaigrette, par exemple. Celle qu'a choisie Laura pourrait très bien s'offrir en cadeau, ce qui n'est pas du tout le cas de la mienne. J'aurais l'air séraphine pas à peu près si j'offrais une vinaigrette italienne à 1,99$ comme cadeau d'hôtesse... Même chose pour le pain de savon.

Le prix de la facture: 24,87$. Je m'attendais à payer moins cher que ma collègue, mais, bien honnêtement, pour plus de qualité, j'aurais été prête à débourser davantage.

La semaine dernière, dans cette même page, nous vous parlions d'achat local. Nous nous sommes donc lancé un défi, cette semaine, afin de voir s'il était facile de privilégier les fabricants et les commerçants d'ici, tout en gardant en tête la contrainte du portefeuille. Nous avions la même liste d'emplettes à effectuer. Notre liste était composée d'un fromage, un pain, un dessert, un fruit, deux légumes (carottes et champignons), une vinaigrette, un savon et une viande (porc). Laura devait essayer d'acheter des produits 100% locaux, alors que Patricia devait payer le moins cher possible. Soulignons que Le Quotidien a offert les produits achetés à la Maison d'accueil pour sans-abri de Chicoutimi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer