L'attrait de l'économie

CHRONIQUE / Je m'en confesse. J'ai acheté plusieurs cadeaux de Noël chez... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

CHRONIQUE / Je m'en confesse. J'ai acheté plusieurs cadeaux de Noël chez Costco. Pas cette année, puisque je n'ai plus ma carte de membre, et, de toute façon, en ce 5 décembre, je n'ai pas encore acheté un seul cadeau...

J'ai économisé des sommes considérables en choisissant Costco plutôt qu'une entreprise régionale. C'est terrible à dire, mais c'est malheureusement la vérité.

J'aimerais vous dire que j'offre uniquement des présents fabriqués ici, par du monde d'ici. J'aimerais vous dire que je me tourne naturellement vers les commerces régionaux pour accomplir mes emplettes de Noël. Et j'aimerais surtout vous dire que les cadeaux qui trônent sous mon arbre ont tous été fabriqués, sans exception, par des artisans du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Malheureusement, je vous mentirais.

Pire encore, j'ai déjà acheté des jouets chez Walmart. J'ai sept neveux et nièces. Donc si j'économise 10$ pour le même LEGO en l'achetant chez Walmart plutôt qu'ailleurs, c'est toujours bien ça de plus dans mes poches.

Ne vous méprenez pas. Je suis conscientisée à l'achat local. J'essaie de plus en plus de dépenser mon argent chez les commerçants de chez nous. Et quelques-uns des cadeaux que j'offrirai cette année auront été pensés et créés par des gens d'ici.

Mais je comprends ceux et celles qui se tournent vers les grandes surfaces pour économiser quelques dollars. Je comprends les consommateurs qui ont de la difficulté à payer 10$ de plus pour le même jouet, s'ils décident d'encourager une petite entreprise d'ici plutôt que d'acheter chez Walmart. Je comprends ceux et celles qui n'ont pas les moyens d'offrir un bijou fabriqué ici, et qui optent plutôt pour un bijou fabriqué en Asie.

Mais je comprends aussi les petits commerçants régionaux, qui ne sont pas capables d'accoter les prix des grandes surfaces. Et je comprends les artisans qui doivent vendre leurs bracelets ou leurs colliers huit fois plus cher que s'ils étaient fabriqués à la chaîne en Asie, par des employés sous-payés et travaillant dans des conditions dégueulasses.

On aimerait tous pouvoir privilégier les commerçants de chez nous. On aimerait tous pouvoir offrir à notre mère un chandail tricoté à la main par un Saguenéen qui utilise la laine d'un mouton qui se balade tranquillement dans nos champs en mangeant de la nourriture bio. Évidemment, personne n'est contre la vertu.

Mais il serait faux de dire que tout le monde a les moyens de le faire. Et ce ne sont pas seulement les gens vivant sous le seuil de la pauvreté qui ont de la difficulté à faire plaisir à chacun de leurs proches à Noël.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer