Ce que femme veut!

Un restaurant avec un menu pour femmes et un pour hommes. Les plats sont les... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Un restaurant avec un menu pour femmes et un pour hommes. Les plats sont les mêmes. Mais contrairement à celui destiné à la gent masculine, le menu féminin n'affiche aucun prix. Impossible de connaître le coût des gnocchis ou de la pizza à la burrata.

Et bien, ça existe, en Italie. Mon amie et son conjoint, qui reviennent à peine d'un séjour dans ce pays longtemps reconnu pour sa culture macho, ont mangé dans ce petit restaurant. Les deux trouvaient l'idée géniale.

Je n'ai pas eu la même réaction. Mes valeurs féministes ont en quelque sorte pris le dessus sur ma réaction. Quelle pratique misogyne! Au Québec, ça ne pourrait jamais bien passer. Ça deviendrait un scandale. Les journaux titreraient le «menugate».

Mon amie a réussi à me calmer, après m'avoir expliqué la motivation derrière cette «ségrégation sexiste». C'est que le prix influencerait davantage les femmes que les hommes sur leur choix. Une dame n'opterait donc pas toujours pour le plat qu'elle désire le plus, mais pour celui qui semble le plus raisonnable. Et ce, même si ce n'est pas elle qui défraye la facture. Balivernes, non ?

Quelques jours plus tard, je me retrouve au restaurant. Je me questionne sur le menu et je choisis un plat standard, à un prix très raisonnable. Mon conjoint, qui m'avait invitée à ce restaurant, trouve étrange que je passe mon tour sur une entrée d'huîtres. Disons que j'en suis un peu maniaque.

C'est alors que la théorie du menu me frappe. Je ne veux pas lui répondre que je les trouve dispendieuses, mais c'est en plein ce que je pense.

Le prix a vraiment une incidence, même si je ne paye pas. Et là on ne parle pas d'une entrée qui va nous ruiner.

Et en y pensant bien, ces menus sans prix ne sont pas si farfelus. Chaque fois que je suis invitée au restaurant, je suis mal à l'aise de commander un plat plus onéreux que celui choisi par mon hôte. S'il prend un spaghetti, je n'oserais jamais prendre le filet mignon. Franchement!

Mais si les prix étaient absents, je mangerais ce qui me plaît.

À la demande de la personne qui invite, le restaurant pourrait remettre un tel menu aux convives. Voilà une belle façon d'inviter un client, une flamme ou ses parents. Mais pas besoin de réserver ce traitement qu'aux femmes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer