Le message d'espoir de Daniel Dufresne

Daniel Dufresne est très bien placé pour parler... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Daniel Dufresne est très bien placé pour parler de l'importance des dons de sang et d'organes.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Phil Desgagné
Le Quotidien

Je veux vous parler aujourd'hui d'un gars que je connais depuis les années 70, Daniel Dufresne. Pour bien des gens, ce nom va dire beaucoup. Pour d'autres, Daniel est un parfait inconnu.

Je vous parle de lui aujourd'hui pour passer un message sur la place publique, à la demande de Daniel. Il ne veut pas nécessairement parler de lui et de tout ce qu'il a vécu au cours de la dernière année, mais il désire sensibiliser la population sur l'importance des dons de sang et d'organes. Sans ces dons, je parlerais de Daniel au passé.

Je vous le présente. Daniel est un athlète qui excelle dans le sport. Il a joué au hockey junior pendant quatre ans. Il a évolué pendant deux ans au hockey junior B régional et pendant deux saisons avec les Saguenéens de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. À sa dernière année avec cette équipe, il a amassé 113 points. À cette époque, il faisait partie d'une excellente équipe dirigée par Yvan Gingras. Parmi ses coéquipiers, il y avait Guy Carbonneau, Sylvain Locas, Alain Côté, Daniel Poulin, André Boudreau et Louis Sleigher. Comme vous pouvez le voir, c'était un très bon club.

Daniel excelle aussi au golf. Il a été un joueur de niveau AA pendant plusieurs années. Il évolue maintenant dans la A et c'est encore tout un compétiteur. Il y a quelques semaines, il a participé au tournoi Michelob, au Club de golf de Chicoutimi, avec son ami Gilles Plante. Sa participation tenait presque du miracle.

Daniel a quitté son lit de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus de Québec le 27 juillet. Il a été hospitalisé pendant cinq mois en raison d'une leucémie. Il a également subi une greffe de la moelle épinière.

La première fois que j'ai rencontré Daniel après son séjour à l'hôpital, je ne l'ai pratiquement pas reconnu. Daniel avait perdu beaucoup de poids et tous ses muscles au niveau des bras et des jambes.

Il sortait alors d'une épreuve qui avait débuté en février, après une visite chez son dentiste. Celui-ci lui avait recommandé de voir un médecin, et rapidement. Un des frères de Daniel, Charles, est médecin. Il travaille à l'urgence de l'hôpital de La Baie. Rapidement, Charles lui a fait passer des tests. Sur recommandation de son frère, il a été transféré dans un hôpital de Québec. Et le verdict est tombé. Leucémie et problème à la moelle épinière.

Évidemment, ce fut tout un choc. Mais il a choisi de se battre pour passer à travers. Après plusieurs semaines de traitements, la chimio a fait son travail et les traces de cancer sont disparues, mais il devait passer à l'étape suivante, une greffe de la moelle épinière. Mais il fallait trouver un donneur. Régulièrement, il est possible de trouver quelqu'un qui est à la fois assez proche et compatible. Ça n'a pas été possible pour Daniel. Il n'y avait aucun donneur au Québec. Après de nombreuses recherches, on a trouvé un donneur en Europe. Immédiatement, l'Hôpital de l'Enfant-Jésus de Québec a délégué une infirmière en Europe et Daniel fut opéré avec succès. Aujourd'hui, on le revoit régulièrement sur le terrain de golf.

Depuis sa sortie de l'hôpital, Daniel reçoit des transfusions régulièrement et il se rend chaque semaine à Québec. Il estime être très bien soigné et il ne tarit pas d'éloges pour le système de santé du Québec.

Pendant toute cette épreuve, il a beaucoup apprécié le support de son entourage et de ses amis. Mais son plus grand message, il le lance non seulement à ses proches, mais à l'ensemble de la population. Allez donner du sang et, surtout, signez la fameuse carte pour le don d'organes.

Daniel racontait récemment qu'il y a une grande pancarte à l'hôpital de Québec sur laquelle il est écrit: 97 pour cent de la population veut le faire, mais trois pour cent réalisent leur promesse. Un tel message lancé par quelqu'un qui a eu besoin de dons mérite qu'on s'y attarde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer