Laissons la justice agir

Me Charles Cantin.... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Me Charles Cantin.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles Cantin
Le Quotidien

«Assassin, meurtrier, salaud»... Des vocables que certains associent à la comparution de celui qui est impliqué dans l'hécatombe du rang Saint-Paul. Mais impliqué ne veut pas dire coupable. Certes cette tragédie est synonyme de colère et d'indignation.

Un homme présumé innocent, retenez bien ce principe, devra traverser notre système judiciaire avec tout ce qui s'y rattache. Des gens s'exclament «comment peut-il ou pourrait-il plaider non coupable?» «Un autre qui va s'en tirer», s'exprimera un autre... Il faut suivre le déroulement de notre justice. Avec l'accès médiatique, cela est d'autant plus facile. Le battage publicitaire et social se veut déjà un commencement de sentence. Il s'agit là d'un mal nécessaire... Il a plaidé non coupable tout simplement parce que la preuve est à l'heure actuelle incomplète. Voilà! Mais, sachez que notre système est perfectible et que des tragédies semblables ont certainement déjà passées sous le silence, faute de couverture médiatique.

Le législateur est de plus en plus sévère et la Société d'assurance automobile du Québec frappe de plus en plus fort à l'endroit du contribuable, et surtout des récidivistes. Il est difficile de tout comprendre mais retenez 10% du contenu de cette chronique et votre colère s'attiédira! Subir l'opprobre et le système judiciaire, et surtout sa flambée sur les médias sociaux, doit faire réfléchir en mémoire des personnes éprouvées. Voilà une vision un peu plus externe.

Je m'exprime maintenant comme avocat: notre objectif en tant que criminaliste ne repose pas sur la recherche d'un capital de sympathie. Ni de plaire ou de suivre l'émotion «suggérée». On doit être le rempart de la présomption d'innocence. Si j'évite qu'un innocent soit condamné, ma mission aura trouvé preneur.

Cela ne veut pas dire de défendre l'impossible. Je travaille et multiplie les heures à négocier avec la liberté et l'innocence. Vous avez là une matière essentielle avec laquelle l'on bâtit des sociétés. Et tout ce qui s'y rattache mérite un minimum d'analyse.

Même si Yves Martin a plaidé non coupable, cela ne veut pas dire qu'il y a là un constat... Il ne jouit pas plus de liberté. Sachez que sa détention préventive avec ce que l'on sait doit être un purgatoire, mal nécessaire également. Prochaine étape, remise en liberté, le cas échéant. Vous devez savoir que ce ne sera pas un automatisme. Avec deux antécédents conjugués avec la gravité des accusations, pas certain que vous croiserez de sitôt ce justiciable.

Puis vous avez l'enquête préliminaire et le procès, plus les appels potentiels. Je crois que ce dossier pourrait se régler rapidement, opinion bien personnelle.

D'ici là, laissons notre appareil judiciaire faire son oeuvre. Nous sommes dans un pays libre, où l'enjeu est la liberté. L'état totalitaire ne permet pas le débat contradictoire ou la vérité finie par triompher. Et comme dans un pays libre, cette vérité ne plaît pas toujours à tout le monde. Notre société n'a rien à gagner à lapider aux premières impressions, même si la tentation est grande de le faire.

La loi du Talion peut sembler attirante, mais ce faisant c'est toute une structure que vous allez bafouer. Ce dossier n'est pas sans rappeler l'affaire Terry Gravel. Ce chauffard a subi le traitement qu'il méritait, dans le respect de ses droits et surtout des nôtres également.

Yves Martin passera par le même couloir où l'indignation se caractérisera par le jugement des personnes en autorité pour le faire. Advenant une condamnation, vous, citoyens, serez à même d'observer la juste réciprocité entre la gravité du crime et la peine à infliger. Cela n'est pas un exercice de tout repos mais plus le calme et la réflexion seront le réflexe collectif, meilleur sera le sentiment de la victoire de nos institutions sur cette vengeance qui élimine toute rationalité nécessaire au bon fonctionnement de notre justice. Dans l'intervalle, je me réserve un instant de sérénité et de ce fait je souhaite mes condoléances et mes voeux de réconfort aux personnes concernées et éprouvées par ce drame.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer