Accroître la confiance

Le criminaliste Charles Cantin... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Le criminaliste Charles Cantin

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles Cantin
Le Quotidien

«Peu importe ce que vous faites, agissez comme si le reste du monde vous observait». Cette phrase a autant de poussières que d'actualité, puisqu'elle est vieille de plus de 200 ans! Prononcée par le troisième président des États-Unis, Thomas Jefferson, le signataire de l'acte d'indépendance des États-Unis affirmait que votre comportement serait influencé positivement si effectué devant le peuple. Voilà mon introduction à une question qui deviendra peut-être notre nouvelle «culture de la police». Les policiers en devoir devraient-ils porter un système de caméra?

Cela n'est pas sans rappeler «Big brother» où l'état totalitaire surveille et contrôle. Par contre, puissions-nous éviter un drame conduisant à une perte de vie que ce système se financerait automatiquement! Spécifions que plusieurs villes ont expérimenté et veulent savoir la résultante de ce procédé sur l'amélioration des relations entre la police et les citoyens. Imaginez la possibilité de revoir sur écran-témoin tout incident verbal ou physique entre l'agent de la paix et l'individu présumé infractaire? Fini les gérants d'estrade qui jugent par le spectre du média social, «l'instant replay» fera foi de tout (ou presque, aucune technologie n'étant parfaite). De cette façon, on réduit la controverse de beaucoup. Le cas de toute confrontation policier-citoyen deviendrait vérifiable, même à défaut d'une image révélatrice, le son et les paroles prononcées rehausseraient l'ultime recherche de la vérité. Figurez un instant le policier impliqué dans l'accident de Dolbeau-Mistassini muni d'une caméra témoin fiable? Un apport essentiel nous éviterait potentiellement un déploiement de reconstitutionnistes et des spéculations. Prenez note que dans ce cas, une reconstitution s'impose. Mais de cette application, plusieurs réponses trouveraient échos dans le son et l'oeil de la caméra. Une étude crédible et récente fut conduite à Rialto en Californie. Cette ville de 100 000 habitants était aux prises avec un problème de discordes entre policiers et citoyens. L'expérience fut commanditée et sous la supervision de l'Université de Cambridge, département de criminologie. L'un des coordonnateurs de l'expérience était le chef de police de Rialto.

Instauré en 2012, ce programme avait pour but de munir tous les policiers de caméras et faire en sorte que la population le sache. Le but recherché, rétablir la confiance entre le public et la force constabulaire. En 12 mois, les plaintes en déontologie chutèrent de 88% et l'utilisation de la force excessive de 60%.

Cela nous ramène à notre maxime du départ: au moment où l'on vous surveille, votre comportement deviendra plus acceptable et conformiste. Plus le système de caméras sera instauré et plus respectueux seront les acteurs ou, c'est selon, les protagonistes. Une autoévaluation s'effectuera par les parties impliquées et éliminera à grand pourcentage toute forme de témérité. Ces états factuels ont été expérimentés, testés et les résultats sont probants. Il est au surplus prouvé et démontré que le port de la caméra réduira les coûts de l'injustice qui pend au bout de la noirceur et de la réduction de la preuve. Une manifestation (ou une émeute) sera le théâtre potentiel d'abus policiers et de provocations de la part des acteurs en place. Le port de la caméra nous évitera-t-il une pluie d'arrestations alimentée par un tourbillon de critiques?

Il est vrai que la venue de ces objets de surveillance réduira pour plusieurs l'expectative de vie privée. De quelle façon le stockage d'informations recueillies sera-t-il sécurisé?

La ville de Toronto fait l'expérience de ce système sur 100 de ses patrouilleurs. La ville a mis en place une boite à suggestion afin de satisfaire les attentes et les inquiétudes de la population. L'on veut rétablir la confiance entre la police et la population et pour y parvenir, il y a certes un prix à payer.

Pour les plus réfractaires, dites vous bien que votre domicile demeure inviolable et qu'en principe, il y a peu de chance que vous soyez filmés si vous conservez ce goût de justice que vous habite!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer