Le libre-arbitre des parents...

La collecte des Cubes d'énergie associés au Grand... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La collecte des Cubes d'énergie associés au Grand Défi Pierre de Lavoie est de retour dans les écoles! Plaisir ou corvée?

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marielle Couture
Le Quotidien

La collecte des Cubes d'énergie associés au Grand Défi Pierre de Lavoie est de retour dans les écoles! Plaisir ou corvée? Deux mères de famille très occupées, Marielle Couture et Myriam Bouchard, abordent la question, en cette journée où débute, en soirée, la Course à pied Québec-Montréal impliquant notamment des jeunes du secondaire.
Mes enfants ne le savent pas, mais ils reviennent chaque jour de l'école avec une bombe sur le dos. Oui oui, cette chose qu'on appelle sac d'école -outre son poids discutable- transporte son lot de surprises qui me font souvent grincer des dents. Car mis à part la communication essentielle et les devoirs, on y retrouve beaucoup de sollicitation. Le sac, tel un cheval de Troie, permet à certaines organisations d'entrer dans nos maisons, d'atteindre notre vie privée et, du même coup, notre précieux, précieux, temps en famille.

Malgré tout, je tiens jusqu'à un certain point à l'intégration sociale de mes petits. Ainsi je me plie à la plupart des activités qui s'imposent dans nos vies via l'école. On saute en coeur pour la recherche sur les maladies cardiaques, on épelle des mots pour la Dictée PGL, on vend des bouteilles vides pour financer les sorties de fin d'année, on accumule les denrées pour les paniers de Noël -sans compter les satanés lutins- on se tape le Défi mange-croque, on se creuse le coco pour les Cubes de matière grise et, depuis deux semaines, on se bouge le derrière pour les Cubes énergie!

Ma grand-mère disait souvent que l'enfer est pavé de bonnes intentions. Et voici que toutes les bonnes intentions du monde semblent en vouloir à mon libre arbitre de parent. Ah, je vous entends déjà... Comment peut-on en vouloir à Pierre Lavoie de faire bouger les familles québécoises? Comment peut-elle chialer contre un concept qui mobilise tout le monde autour de saines habitudes de vie? Impossible de le nier, Pierre Lavoie fait grouiller le Québec. Le message est simple: prenez le temps de bouger chaque jour. Je suis d'accord avec ça. Mais... un prospectus aurait peut-être suffi? On joue dehors, été comme hiver. Les enfants glissent, courent, se balançent, font du vélo...

Pas besoin d'infiltrer les écoles, de bourrer les petits sacs de carnets à remplir, les petites têtes de règles à respecter et les petits coeurs d'un esprit de compétition malsain. Car c'est bien de cela dont il s'agit. Malgré toutes les meilleures intentions du monde, les Cubes énergie prennent le contrôle de ma vie de famille pendant plusieurs semaines et ce, sans mon consentement. Vous pensez que j'exagère?

Sachez que pendant la saison des Cubes, tout devient prétexte à «faire des Cubes» et la motivation du premier jour, au lieu de se résorber doucement, se transforme au fil des semaines en pure obesssion. «On va-tu pouvoir faire des Cubes?» est désormais la question qui suit inévitablement toute proposition d'activité. On comprend alors que la bibliothèque soit déserte ou que la visite chez matante provoque une moue.

Les enfants comparent leurs carnets entre eux, s'obstinent sur la validité de leurs petits exploits, s'agitent pour un non ou pour un Cube, pointent du doigt ceux qui en ont moins. Dans un esprit compétitif, on leur fait pendre un prix au bout du nez, et les petits s'imaginent déjà à Walt Disney World. La machine est grosse, et sonne un peu le bling bling.

Ceux qui fréquentent quotidiennement le petit carnet l'auront remarqué: il a été grandement simplifié, ainsi nous n'avons plus à argumenter, ou arranger la vérité pour que les blocs de quinze minutes d'activités douteuses soient éligibles. On sent tout de même un effort pour que le processus soit moins aride.

J'entends dans le discours pro-cubes une sorte de reproche généralisé. Comme si laisser les parents décider de manière autonome du temps libre en famille menait vers un problème de santé publique. La majorité des parents serait-elle si mal outillée pour offrir un cadre de vie sain à ses enfants? J'en doute.

Chez moi, nous avons choisi de prendre les Cubes énergie -et le reste des extras scolaires d'ailleurs- avec un grain de sel. À quand les Cubes de grosse paix sale?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer