Vérité ou conséquence?

Par exemple, si vous vous appeliez Mozart et... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Par exemple, si vous vous appeliez Mozart et que déjà à un très jeune âge, il n'y avait aucun doute comme quoi vous étiez un prodige, eh bien on s'emballait et on parlait tellement de vous qu'à un moment donné, tout le monde venait à vous connaître.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joël Martel
Le Quotidien

Il fut un temps, à une époque très lointaine, où la célébrité était une conséquence.

Par exemple, si vous vous appeliez Mozart et que déjà à un très jeune âge, il n'y avait aucun doute comme quoi vous étiez un prodige, eh bien on s'emballait et on parlait tellement de vous qu'à un moment donné, tout le monde venait à vous connaître.

En fait, vous deveniez quelqu'un de connu parce que vous aviez du talent.

D'ailleurs, sans vouloir l'ennuyer, j'imagine que si Mozart était né à notre époque, il aurait déjà eu droit à sa semaine de gloire. Ça aurait certainement débuté sur Youtube ou Facebook par une vidéo de lui devant son piano et là, la planète aurait craqué pour ce jeune prodige. En l'espace de quelques heures seulement, Mozart serait devenu viral. On l'aurait ensuite invité à une panoplie d'émissions de variétés et le point culminant aurait certainement été son passage à Ellen Degeneres. Et puis enfin, après ce tour de manège, on l'aurait déjà oublié.

Or, Mozart aurait quand même goûté à la célébrité grâce à son talent, ce qui n'est vraiment pas le cas de bien des personnalités que nous connaissons tous, sans vraiment trop savoir pourquoi. Coucou Paris!

À la joyeuse époque où nous vivons, être connu est un talent. Et là, on n'a même pas besoin de se lancer dans des recherches approfondies pour essayer de comprendre quelque chose dans tout ça. Par exemple, on n'a qu'à ouvrir la télé et à jeter un coup d'oeil sur ce qui se fait. Et vite comme ça, les quiz télévisés et autres émissions de variétés démontrent à merveille mon point. On a donc des vedettes qui animent des émissions où des vedettes viennent jouer à des jeux et s'amusent avec d'autres vedettes. Ou sinon, on a des vedettes qui invitent d'autres vedettes à venir parler des anecdotes qu'elles ont vécues en compagnie d'autres vedettes. Mais le plus important dans tout ça, c'est que ces vedettes ont toujours du plaisir parce qu'être une vedette, c'est ça le bonheur.

De toute façon, le contraire est bien triste. Et vous en savez certainement quelque chose, car il y a des fortes chances que vous ne soyez pas une vedette.

Alors, le jour où le système s'acharnera sur vous pour des raisons pratiquement occultes, ou sinon ce jour où vous tomberez très malade, ou ce jour où on vous congédiera sauvagement de votre travail, personne ne s'intéressera à votre histoire. Bien entendu, certains de vos proches vous encourageront à persévérer et certains vous offriront peut-être même de l'aide, mais il faudra saisir l'occasion rapidement, car on vous oubliera rapidement. Tout simplement parce que vous êtes une personne ordinaire et que chaque seconde, des choses extraordinaires arrivent à d'autres personnes tout autant extraordinaires.

Par exemple, ça pourrait être leur animatrice préférée qui aurait des problèmes avec un truc de subventions. Et là, même si votre entourage ne la connaît pas personnellement, voilà que tout le monde éprouvera subitement un énorme élan de sympathie à son égard. Parce qu'elle a raison quand elle dit qu'elle a le droit de survivre... Ça, c'est vrai! Et ça l'est beaucoup plus que votre loyer que vous n'arrivez plus à payer et votre frigo vide.

Alors voilà, la prochaine fois où vous vous retrouverez dans la dèche, ne perdez surtout pas votre temps à demander de l'aide. Devenez plutôt célèbre et faites en sorte de le demeurer.

Car désormais, être célèbre, c'est encore mieux que de faire partie de la famille.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer