La STS: savoir s'adapter

À la fin des années 70, le gouvernement... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

À la fin des années 70, le gouvernement du Québec obligeait les agglomérations de 50 000 habitants et plus à prendre en charge le transport collectif et adapté sur leur territoire.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jacques Munger
Le Quotidien

Le transport en commun représente un enjeu de plus en plus important en raison des fluctuations du pétrole et des changements climatiques, notamment. Le directeur général de la STS, Jacques Munger, et la responsable des communications du CADUS, Véronique Boivin, abordent la question.
À la fin des années 70, le gouvernement du Québec obligeait les agglomérations de 50 000 habitants et plus à prendre en charge le transport collectif et adapté sur leur territoire. La présence de la Société de transport du Saguenay (STS) n'a donc pas été un choix, ni même une option pour les anciennes municipalités de Chicoutimi, Jonquière et La Baie, c'était une obligation!

Quarante ans plus tard, où en est-on?

La STS est l'entreprise commerciale qui reçoit, quotidiennement, le plus grand nombre de clients au Saguenay: 200 000 heures par an sont mises au service de la population saguenéenne, 8000 citoyens sont déplacés à tous les jours en transport régulier. Le transport adapté assure l'inclusion de 2500 citoyens admis, pour qui, c'est souvent le seul moyen de transport possible.

Les systèmes de transport intelligent implantés dernièrement doivent servir à mieux informer nos usagers. Calculateur de trajet, application mobile, afficheurs d'horaire électroniques, carte à puce: la concertation avec les autres sociétés de transport de même envergure que la nôtre nous permettra d'accéder sous peu à ces outils modernes favorisant l'adhésion de nouvelles clientèles.

Ces nouvelles technologies génèrent des données essentielles à la gestion du réseau et à sa mise à jour. La première étape de la réorganisation du plan de transport a été réalisée à Arvida dernièrement, ce qui a permis de corriger une partie des problèmes de fin de semaine. La révision de la desserte du secteur centre de Chicoutimi, Chicoutimi-Nord, Jonquière et Kénogami suivra. Une étude origine/destination provenant du MTQ est attendue à cet égard.

Les enjeux

Les clientèles évoluent rapidement et l'utilisation du transport en commun par les 65 ans et plus augmente. Les étudiants sont encore en grande majorité (69%) et les travailleurs migrent peu à peu vers de nouveaux modes de mobilité durable. En ce sens, le CSSS Chicoutimi offre un programme employeur qui donne de bons résultats. L'université et les cégeps contribuent à faire évoluer la population dans leur choix. Est-ce qu'une plus forte adhésion des commissions scolaires au transport collectif partagé peut générer des économies et contribuer à l'essor du transport en commun? Les familles considèrent maintenant l'enjeu économique et environnemental pour faire leur choix. Une réflexion politique s'impose.

La STS est en demande d'un projet expérimental pour l'utilisation du gaz naturel dans les autobus afin de mesurer les économies par rapport à la technologie hybride. Elle vise aussi l'acquisition de véhicules appelés «midibus» afin de remplacer les minibus peu accessibles aux personnes à mobilité réduite. Les questions touchant l'économie de carburant, la qualité du service et les coûts d'entretien sont au coeur des décisions qui se prendront à cet égard.

Il importe d'intégrer dans les plans d'urbanisme un meilleur accès au réseau public. L'exemple du boulevard Talbot parle de lui-même, les problèmes de mobilité et de sécurité sautent aux yeux. L'aménagement du territoire, dans le développement des nouveaux quartiers, doit favoriser les cheminements piétons vers les lignes desservies en transport collectif.

Il faut voir les choses autrement, chercher à séduire la clientèle, faire notre part pour le développement durable et assurer à la population une saine gestion des investissements dédiés au transport collectif. Nous n'avons pas que le transport... en commun!

Le directeur général de la STS, Jacques Munger.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer