Hydro-Québec, nous appartient

Le 1er avril 2015, non, ce n'était pas... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le 1er avril 2015, non, ce n'était pas un poisson d'avril! Les tarifs d'Hydro-Québec augmentent pour une 12e année consécutive...

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sylvain Bergeron
Le Quotidien

Le 1er avril 2015, non, ce n'était pas un poisson d'avril! Les tarifs d'Hydro-Québec augmentent pour une 12e année consécutive... Et c'est sans compter le dégel de la tarification du bloc patrimonial et une hausse déjà accordée pour les cinq prochaines années. Alors que pour 2014 seulement, la société d'État a accumulé un profit de 3,38 milliards de dollars, cette nouvelle hausse nous amène à une augmentation totale depuis 2004 de 28,9%. Pour la même période, l'inflation, elle, a progressé de 21,3% ce qui laisse croire qu'Hydro-Québec est devenue une source de taxation déguisée. On peut se questionner comment les moins nantis peuvent arriver à boucler un budget alors que les prestations d'aide sociale ont quant à elle été majorées de 13,8% entre 2004 et 2015.

Pendant qu'Hydro-Québec estime que la dernière hausse ne représentera que 44$ par année, pour un bungalow, une famille moyenne doit payer au moins 100$ de plus par année en électricité. C'est considérable pour bien des gens d'autant plus que, souvent, les personnes ayant des revenus plus faibles ont des logements plus âgés et qui sont moins bien isolés ce qui implique une consommation d'électricité plus grande. Un autre effet du cumul de cette hausse est que plus d'un ménage sur cinq consacre en moyenne plus de 10% de son revenu et ce chiffre peut atteindre, dans certains cas 15% et même 20% alors que pour les mieux nantis cela correspond à 1,5% de leur revenu. De plus, en 2008, la Société d'État a procédé à 12 284 débranchements en raison de défauts de paiement, 2014 a battu tous les records avec 51 015 en date du 30 septembre. Le profil type nous démontre que ces personnes avaient un endettement moyen de 8 659$, qu'il s'agissait majoritairement de familles monoparentales dont principalement la personne responsable du compte était une femme et 23 % seulement occupaient un emploi.

Même si Hydro-Québec affirme que la hausse de tarif vient avec des mesures visant à venir en aide aux ménages à faibles revenus, entre autres, pour la conclusion d'ententes lorsque la facture accumulée devient trop importante, sur le terrain la réalité est bien différente. Hydro-Québec refuse régulièrement de prendre des arrangements.

Solutions?

Comment peut-on remédier à ces effets négatifs? D'abord, en partant du principe reconnu par Hydro-Québec que l'électricité est un bien essentiel. Nous devons revenir à l'objectif de projet de nationalisation de l'électricité, c'est-à-dire de se réapproprier nos ressources pour les offrir à l'ensemble des citoyens au taux le plus bas possible. Ainsi, une société d'État est là pour l'ensemble des citoyens et non pas pour faire de l'argent sur le dos des contribuables pour donner des tarifs préférentiels aux industries. Si le gouvernement veut aider les entreprises, il y a déjà des programmes de subventions. Elle n'a pas à dépouiller la province du bien commun en donnant des barrages, des berges et le fond des rivières. Toutefois, si la volonté politique n'est pas au rendez-vous il y a toujours deux autres solutions pour aider les ménages ayant des difficultés. D'abord, une tarification sociale, c'est-à-dire réduire la dépense en énergie en abaissant les tarifs pour les ménages à faible revenu. Enfin, créer une allocation énergie qui compenserait une partie des coûts engagés pour l'énergie par les ménages à faible revenu. Comme la devise du Québec est «Je me souviens», le gouvernement se doit de l'appliquer afin de se remémorer qu'Hydro-Québec est une société d'État qui appartient aux Québécois et oeuvre pour les Québécois.

Le coordonnateur du Lieu d'action et de services dans l'unité avec les sans emploi (LASTUCE), Sylvain Bergeron, discutent des enjeux et des motifs reliés à cette situation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer