Des hausses acceptables?

La Régie de l'Énergie du Québec a accepté... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

La Régie de l'Énergie du Québec a accepté de permettre la modification des tarifs de distribution d'Hydro-Québec et d'autoriser une hausse tarifaire de 2,9% pour l'ensemble des tarifs et de 2,5% pour le tarif L, effective à compter du 1er avril dernier.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Bergeron
Le Quotidien

Les tarifs d'hydro-électricité ont subi une hausse le 1er avril dernier. Le professeur et économiste Gilles Bergeron, de l'UQAC, et le coordonnateur du Lieu d'action et de services dans l'unité avec les sans emploi (LASTUCE), Sylvain Bergeron, discutent des enjeux et des motifs reliés à cette situation.
La Régie de l'Énergie du Québec a accepté de permettre la modification des tarifs de distribution d'Hydro-Québec et d'autoriser une hausse tarifaire de 2,9% pour l'ensemble des tarifs et de 2,5% pour le tarif L, effective à compter du 1er avril dernier. Cette augmentation est une réponse partielle à la demande d'augmentation de 3,9% et de 3,5% de la part du distributeur. Selon Hydro-Québec, cette hausse tarifaire fait en sorte que le client résidentiel, chauffé tout-à-l'électricité, dont la consommation moyenne est de 19 218 kWh/an, verra sa facture annuelle augmenter d'environ 44$.

Cette hausse tarifaire s'explique par les coûts de nouveaux approvisionnements principalement éoliens (2,1%); par une hausse du prix de l'électricité patrimoniale (0,4%) et par une hausse des coûts (0,4%). Les décisions du gouvernement du Québec sont donc responsables de 86% de la dernière hausse des tarifs qui rapportera plus de 300 millions$ à Hydro-Québec.

Stratégie

Compte tenu du mandat qui lui a été confié par le Gouvernement, les décisions de la Régie ne portent que sur les coûts de distribution et les coûts de production échappent à son analyse. C'est ce qui permet au gouvernement du Québec de garder le contrôle de la stratégie de production dans le cadre de sa politique de développement économique et d'en transmettre les coûts aux consommateurs par le biais de la régie de l'énergie sans en subir les conséquences politiques. C'est aussi ce qui permet au gouvernement d'augmenter les coûts de l'énergie patrimoniale et de les transmettre aux consommateurs.

Comme à l'habitude les associations de consommateurs ont critiqué cette augmentation; le gouvernement du Québec a déploré une augmentation plus forte que l'inflation et cherché à s'en laver les mains; les partis politiques dans l'opposition ont reproché au gouvernement cette hausse de tarifs en attendant de pratiquer la même politique. Que faut-il penser de cette augmentation dans une perspective plus large de l'équilibre des finances publiques et du développement du Québec?

Dans la perspective de l'équilibre des finances publiques au Québec, la hausse des tarifs de l'électricité me semble acceptable. Une augmentation des tarifs d'électricité permet d'augmenter les redevances versées au gouvernement. Malgré les augmentations des dernières années, les tarifs d'électricité à la consommation au Québec sont plus bas qu'ailleurs et le gouvernement a besoin de revenus supplémentaires pour maintenir la qualité de ses services à la population.

De plus, le consommateur peut échapper en partie à ces augmentations par des stratégies d'économie d'énergie appropriées. C'est une mesure qui favorise l'économie d'énergie et le développement durable. De façon à moins pénaliser les consommateurs à faible revenu, il faudrait cependant à l'avenir réduire l'augmentation du tarif de la consommation de base au niveau de l'inflation avec des augmentations plus élevées pour la consommation excédentaire.

Hydro-Québec est un outil de développement économique particulièrement important dans les régions du Québec et c'est aussi dans ces régions que se trouvent les ressources qui sont à l'origine de ses profits. La politique énergétique du Québec a des avantages dont nous profitons aujourd'hui mais elle a aussi des coûts qui nous apparaissent élevés. Il serait souhaitable de clarifier ces enjeux et d'en préciser clairement les coûts et les avantages aux consommateurs québécois qui en paient la note dans leur compte d'électricité. Ces informations devraient être disponibles dans le rapport annuel d'Hydro-Québec.

Je suis favorable à une augmentation des tarifs d'électricité au Québec à la condition que le gouvernement du Québec joue à visage découvert.

Le professeur et économiste Gilles Bergeron, de l'UQAC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer