Un défi majeur pour le milieu

Raymond Rouleau, producteur agricole à Saint-Gédéon depuis 35... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Raymond Rouleau, producteur agricole à Saint-Gédéon depuis 35 ans.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Raymond Rouleau
Le Quotidien

L'agriculture et la transformation alimentaire jouent un rôle de premier plan dans le développement du Québec et de ses régions. En 2013, ces secteurs ont généré près de 200 000 emplois au Québec. Ils ont aussi engendré plus de 17 G$ de PIB, représentant 5,9% du PIB québécois, et apporté plus de 4,5 G$ aux divers paliers de gouvernement.

Alors que le Québec comptait 30 675 fermes lors du recensement de 2006, ce nombre a chuté à 29 437 en 2011, une diminution de 4% certes, mais beaucoup moins accélérée que lors des deux dernières décennies, qui laisse présager que l'hécatombe est derrière nous. L'établissement de la relève en agriculture demeure un défi de taille qui réside d'abord dans l'équation entre la possibilité de permettre une retraite convenable pour les exploitants qui quittent et la capacité pour le jeune qui prend la relève d'acquérir l'exploitation à prix abordable pour effectuer un montage financier viable. La difficulté d'atteindre cet équilibre fut à la source de nombreux démantèlements de fermes. Plus récemment, c'est l'augmentation des pressions financières et commerciales sur la valeur des terres, occasionnée par le phénomène d'accaparement par des financiers, qui plombela relève. Il faut toutefois signaler la rapidité des milieux agricoles à réagir.

À titre d'exemple, le guichet unique offert aux jeunes de la relève dans le cadre du Plan de développement des activités agricoles de la MRC Maria-Chapdelaine constitue un moyen novateur de rééquilibrer les forces entre un modèle agricole à échelle humaine centré sur les valeurs et un modèle industriel. L'augmentation des revenus agricoles, l'engouement pour les produits régionaux et l'achat de proximité, l'agrotourisme, la diversification par la découverte de nouveaux créneaux de production tels les petits fruits sont autant d'éléments qui ont contribué à insuffler un nouveau courant d'optimisme dans le secteur tout en attirant une nouvelle vague d'entrepreneurs agricoles.

Il n'en demeure pas moins que le défi est de taille et un ensemble de conditions et de solutions créatrices doivent être réunies afin de garantir la réussite. Trop longtemps la relève familiale constituait la solution alors que petit à petit, la relève non apparentée, les banques d'acheteurs-vendeurs, les fermes de groupe sont autant d'alternatives mises de l'avant. Quel que soit le modèle choisi, la bonne préparation des acteurs, le fait d'accepter de prendre le temps, de se faire aider au besoin, le mentorat, les tests de compatibilités entre associés sont autant d'outils à considérer afin de s'assurer d'un changement de garde réussi.

Une des difficultés du secteur agricole provient du fait que lieu de travail et milieu de vie se confondent. Il fut un temps où on a longtemps considéré les longues heures de travail comme principale clé de la réussite, au détriment de le conciliation travail-famille et de la qualité de vie, des loisirs et des vacances. Les jeunes de la relève n'accepteront pas autant de sacrifices. De plus, en agriculture aussi, les femmes exigent une plus grande place et une plus grande intégration, ce qui ne se fait pas sans heurts pour les couples. Les conséquences alors sont plus dramatiques provoquant par le fait même le démantèlement de la ferme ou un réendettement de l'entreprise. Voilà autant de facteurs sociaux qui doivent, à partir de maintenant, être obligatoirement pris en compte dans les différents modèles de relève.

L'agriculture consiste en un investissement d'argent, de travail, de connaissances et la maîtrise de bonnes pratiques dans la gestion d'un écosystème complexe dont les agriculteurs tentent d'obtenir une valeur ajoutée. Les producteurs agricoles sont fiduciaires de la qualité de leurs sols, de leur environnement et de la dynamisation de leur territoire. Voilà l'engagement que doit assumer la relève agricole bien ancrée dans de solides valeurs, une démarche de taille certes, mais il arrive aussi que l'ampleur et la complexité des défis soient des facteurs de grand attrait.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer