La transition, clé de demain

La dégradation accélérée de l'environnement planétaire, dont la... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La dégradation accélérée de l'environnement planétaire, dont la perte de biodiversité, les changements climatiques et la dégradation des fleuves et des océans ne sont qu'un symptôme, témoigne de l'inadéquation entre notre développement et l'espérance d'une société humaine durable à l'échelle de la planète.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Le monde tel que nous l'avons connu dans les 40 dernières années ne pourra pas continuer longtemps. Les dérives de la société de consommation, les diktats de l'économie irresponsable, l'application d'un libéralisme sans entrave ne peuvent nous apporter une société durable.

La dégradation accélérée de l'environnement planétaire, dont la perte de biodiversité, les changements climatiques et la dégradation des fleuves et des océans ne sont qu'un symptôme, témoigne de l'inadéquation entre notre développement et l'espérance d'une société humaine durable à l'échelle de la planète. Devant ce constat alarmant il est devenu évident qu'il faut faire autrement. Pourtant, on ne peut pas jeter le bébé avec l'eau du bain ! La société industrielle nous a permis d'améliorer de façon extraordinaire notre espérance de vie, notre sécurité, notre capacité de s'instruire et de se cultiver pour tirer le meilleur de ce que nous sommes. Cela signifie que la révolution n'est pas une option. Alors que nous reste-t-il pour espérer ?

Adaptation

Le changement que suppose l'idée du développement durable exige que la situation désirée se construise à partir de l'existant, par un processus d'adaptation. Cela signifie un processus de transition, c'est-à-dire un changement progressif vers un état désiré, par une planification et une gestion du quotidien. Il faut retrouver dans nos valeurs et nos savoirs les éléments permettant de construire un monde meilleur pour nos enfants et nos petits-enfants. C'est pourquoi la transition est devenue un terme à la mode. Transition énergétique, transition de la gouvernance mondiale, transition vers une société plus respectueuse des équilibres écologiques et ainsi de suite.

L'une des clés de la transition se trouve dans le partage. Cette notion est aussi ancienne que l'humanité. Le partage est une valeur familiale, un ciment des sociétés de chasseurs-cueilleurs, c'est aussi le partage qui est à l'origine des lois du marché qui dominent l'économie. En effet, la théorie économique reconnaît les avantages mutuels qui résultent de l'échange équitable entre des individus et des sociétés. Partager, c'est faire plus avec moins. Partager un repas, c'est plus que se nourrir. Partager un logement, covoiturer, partager des équipements, c'est permettre à plus de monde de satisfaire leurs besoins avec moins d'impacts sur l'environnement et à moindre prix. Le partage est aussi immatériel. Par nos conversations, nous partageons nos joies, nos angoisses, nos connaissances, nos questions existentielles. Le partage est à la source de la culture et c'est son seul moyen de diffusion et de pérennité. Partager, c'est offrir le meilleur de soi. Cela n'enlève rien à personne, cela fait grandir tout le monde. Enseigner, c'est partager. C'est pourquoi je suis reconnaissant à mes étudiants de leur énergie, de leurs questions, de leur volonté de changer le monde. Ils me nourrissent, me confortent et m'obligent à toujours m'améliorer.

En ce début d'année 2015, les éco-conseillers en formation à l'UQAC organisent le quatorzième événement éco-conseil sur le thème «Nourrir le partage». Il y aura des activités toute la semaine et l'événement culminera jeudi 15 janvier par un colloque. Comme d'habitude, c'est un événement ouvert au public dans lequel vous êtes invités à participer nombreux. Ce sera une occasion de réfléchir ensemble sur cette transition nécessaire qui nous permettra d'être les acteurs d'une société meilleure plutôt que de se contenter du rôle de victimes. C'est ce qui nous attend si nous restons passifs et égoïstes. Les détails se trouvent sur le site http://colloques.uqac.ca/ecoconseil/

Claude Villeneuve remet son cachet au fonds de développement de l'UQAC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer