Lettre au père Noël

Le père Noël en a mis plein la... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le père Noël en a mis plein la vue aux petits comme aux grands, bien heureux de jouir d'une température tolérable lors du défilé de cette année.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Joël Martel
Le Quotidien

(Chicoutimi) Salut père Noël,

Je tiens tout d'abord à te dire que je me sens un peu cruche de t'écrire si tard. Avec Noël qui est à nos portes, j'ose imaginer que tu es dans le jus comme ça ne se peut pas. Or, si ça peut te soulager, je n'ai qu'un seul cadeau à te demander cette année et en plus, je ne m'attends pas à le recevoir le jour même de Noël. Bien entendu, le plus tôt serait l'idéal, mais bon...

Alors voilà, cher père Noël, j'ai une demande plutôt spéciale à te faire. Le truc, c'est que je suspecte un ami à moi d'être aux prises avec un énorme épuisement professionnel. Et là, je me doute bien que s'il y a quelqu'un qui saura le comprendre, ce ne sera nul autre que toi.

En effet, l'ami dont je te parle, il occupe depuis la nuit des temps un emploi très stressant. Même qu'à bien y penser, son boulot ressemble pas mal au tien. C'est-à-dire que tout le monde s'attend à recevoir des cadeaux de sa part sauf que lui, les rares cadeaux qu'il fait désormais, ils sont principalement destinés à son entourage. Un peu comme si du jour au lendemain, tu décidais de distribuer du navet et des betteraves aux enfants et que tu gardais tous tes plus beaux cadeaux pour tes petits lutins.

Par exemple, il y a des gens qui travaillent très fort depuis de nombreuses années afin de fournir un toit à un prix abordable pour les personnes démunies. Alors ils ont demandé à mon ami de leur fournir un espace où ils pourraient construire ce qu'ils appellent une coop d'habitation. Comme il s'agissait d'un projet rassembleur, on aurait pu penser que mon ami s'empresserait de les aider, mais il les a fait attendre un bon petit moment. Et comme si ça ne suffisait pas, mon ami leur a finalement donné un terrain brisé. Évidemment, les gens ont rapidement découvert que ledit terrain était défectueux et non seulement mon ami ne leur a pas proposé de remplacer son cadeau, mais il leur a aussi dit qu'il n'avait pas les moyens de le réparer.

Peut-être que je me trompe, mais une telle distraction de sa part me fait croire qu'il est peut-être épuisé. Mais sinon, il y a un autre sérieux signe d'épuisement professionnel qui m'inquiète de plus en plus chez lui. Tu le sais certainement, père Noël, mais lorsque l'énergie vient à nous manquer, on devient impatient. Certains appellent ça de l'irritabilité. Eh ben père Noël, j'ai bien peur que mon ami soit fatigué en ciboulette.

Il n'y a pas si longtemps, mon ami était tellement respecté par ses collègues que ceux-ci ne disaient jamais un mot sur son travail. On pouvait même presque croire qu'ils le laissaient faire n'importe quoi. Mais les choses ont bien changé depuis plusieurs mois. À vrai dire, c'est presque rendu qu'il se chicane tout le temps avec ses collègues, notamment avec les filles. Lui, il raconte que c'est de la faute des autres, mais depuis qu'il a décidé de travailler tout seul dans son cabinet, je commence vraiment à m'inquiéter pour lui. Et puis, même s'il ne le dit pas, j'imagine qu'il a un peu de colère dans son coeur parce qu'il s'est même organisé pour que les filles avec qui il se chicane toujours n'aient plus d'endroit pour y travailler.

Maintenant, j'imagine que tu t'en doutes, mais ça serait vraiment gentil de ta part d'avoir une petite pensée pour mon ami au cours de l'année qui s'en vient. Certes, tu pourrais lui offrir des vacances, mais je pense sincèrement que mon ami mérite encore mieux. Pourquoi pas une belle retraite par exemple?

Parce que sincèrement, père Noël, si j'en suis rendu à te demander ça à toi, c'est que mon ami est convaincu qu'il est indispensable et que lui seul peut venir à la rescousse de ses citoyens. Or, il en a déjà fait assez comme ça, même trop.

Et puis à la fin, si sa retraite lui était présentée comme étant une espèce de miracle de Noël, il serait certainement beaucoup plus enclin à enfin se reposer. Parce que mon ami, il aime ça les miracles et les bondieuseries.

Alors merci père Noël. J'attendrai patiemment de tes nouvelles et je suis persuadé que tu me viendras en aide. J'en suis même convaincu parce que croire, ça change tout.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer