Les régions et le virage vert

Le cofondateur et directeur principal d'Équiterre, Steven Guilbeault.... (Marine Larose)

Agrandir

Le cofondateur et directeur principal d'Équiterre, Steven Guilbeault.

Marine Larose

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Comme Latuquois d'origine (je passe encore d'ailleurs un mois par année dans ma ville natale), je connais bien la réalité de ce coin de pays pas très loin du vôtre.

J'ai vu les impacts de la guerre du bois d'oeuvre avec les États-Unis ou encore ceux de la transformation du monde des médias alors que l'électronique a pris le dessus sur l'imprimé. D'ailleurs, je trahis peut-être mon âge, mais même si je consulte de plus en plus mes informations sur la toile, j'apprécie encore beaucoup de pouvoir m'asseoir devant mon bon vieux journal. On dirait que mon café y est meilleur que devant l'écran.

Autant on peut parfois souhaiter le retour «du bon vieux temps», autant notre société se transforme et va continuer de la faire.

Développement

Ce changement est vrai à plusieurs niveaux, notamment sur le développement économique.

De plus en plus de gouvernements, à travers le monde entier, tentent de marier développement économique et faible empreinte écologique; on parle d'ailleurs d'«économie verte».

Qu'est-ce que l'économie verte?

Le Programme des Nations-Unis sur l'environnement définit l'économie verte comme suit: «(...) une économie qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l'équité sociale, tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources (...)».

Les investissements associés à une économie verte pourraient passer de 740 milliards $ US en 2009 à 1,5 ou 2,7 billions $ US d'ici 2020, soit quelque 2,1 % du PIB mondial. On parle de gros chiffres!

Une alliance entre des groupes écologistes, des entrepreneurs, de grandes entreprises telles les alumineries, des représentants du monde de la finance et du monde du syndical a vu le jour en 2013, afin de faciliter ce virage et surtout, aider le Québec à tirer son épingle du jeu.

J'étais de passage dans votre beau coin de pays en septembre dernier dans le cadre d'une tournée qu'Équiterre a menée sur la question de l'électrification des transports, un autre chantier très prometteur pour le Québec, dans la mesure où nous serons de plus en plus capables d'utiliser notre électricité, une source énergétique beaucoup plus propre, et moins chère, que le pétrole pour nos déplacements.

Dans le dernier énoncé économique du ministre des Finances Carlos Leitao, une somme de 350 millions a été annoncée afin d'améliorer l'efficacité énergétique des PME québécoises, leur permettant à la fois de réduire leurs factures d'énergie et leurs émissions de gaz à effet de serre. De ces montants, 10 millions $ sont prévus pour le secteur de la biomasse, une filière énergétique en émergence toute destinée pour une région comme la vôtre.

Le virage vers une économie verte pose certainement des défis quant à la transition qui sera nécessaire, mais cette transition offre beaucoup de potentiel, tant pour notre économie que notre qualité de vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer