Pas le meilleur investissement

L'ingénieur et professeur Marc Bouchard, du Département des... ((Archives))

Agrandir

L'ingénieur et professeur Marc Bouchard, du Département des techniques d'aménagement et d'urbanisme du Cégep de Jonquière.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Dans la première moitié du siècle, on pensait qu'il fallait encourager le développement du territoire en agrandissant sans cesse le réseau routier. Aujourd'hui, on voit bien que le réseau routier est devenu coûteux, près de 26 M$ d'entretien par an à Saguenay seulement, mais aussi lourd en conséquences sur notre qualité de vie.

Ainsi, avec plus de 1300 kilomètres de route que nous peinons déjà à entretenir, des distances de déplacement de plus en plus longues et une facture énergétique pour les familles de plus en plus importante, nous nous devons de réviser notre façon de planifier les transports dans la région. Notre réseau routier est déjà boulimique. Pourquoi vouloir encore l'augmenter? Pour l'améliorer? Aujourd'hui, on sait qu'on devrait prioriser l'amélioration de l'offre en transport et si possible d'en réduire la demande et non pas de l'augmenter. C'est l'objectif que ce sont donné déjà les grandes villes du Québec.

Contre-courant

La construction d'un deuxième pont sur le Saguenay irait donc à contre-courant d'un phénomène pourtant planétaire. Il augmenterait l'offre en transport automobile d'une rive à l'autre, ce qui créerait nécessairement un déplacement des activités et augmenterait encore plus le désir de plusieurs de s'établir encore plus loin, soit l'étalement urbain. Le genre de caprice qui coûte très cher à une ville, et ce en plus d'augmenter notre dépendance au pétrole.

Avec une dette de près de 273 G$, le Québec tente actuellement d'équilibrer un budget déficitaire. Aurions-nous aujourd'hui le culot de demander au gouvernement d'investir dans un autre pont alors qu'il vise l'équilibre budgétaire? Il nous faut aujourd'hui absolument faire preuve de sobriété! Sobriété veut dire d'utiliser les infrastructures existantes et utiliser judicieusement la planification, avec comme objectif, d'en diminuer leur dépendance.

Le pont Dubuc, mis en service au début des années 70, répond déjà très bien à la pression exercée par la hausse vertigineuse du nombre de véhicules que nous avons connue au cours des deux dernières décennies. Alors pourquoi discuter encore d'un deuxième pont aujourd'hui?

Il est vrai de dire que l'incident de décembre dernier nous a certainement pris de court, c'est le cas de ce genre d'évènements. Mais plusieurs questions sont restées sans réponse: les véhicules d'urgence peuvent-ils emprunter le Pont Saint-Anne en cas d'urgence, ce qui garantirait une protection en cas de besoins pressants; le pont Dubuc peut-il rester le seul lien entre les deux rives du Saguenay et assurer le maintien d'un service fluide et sécuritaire? Pourquoi pas!

Le pont ne démontre pas de sérieux problèmes de capacité. Des activités de comptage effectuées par un de mes groupes d'étudiants lors des dernières semaines me l'ont assez bien démontré, ne présentant que de très courtes périodes de congestion, ce qui lui confère globalement un niveau de service plus qu'acceptable.

Des problèmes de fluidité et de sécurité causés par les bretelles d'accès? Définitivement! Mais le ministère des Transports prévoit déjà dans sa stratégie du Pont Dubuc l'amélioration de ces bretelles d'accès mises en cause en investissant prêt de 45 M$ au cours des cinq prochaines années.

Pour le reste il faudra compter sur un changement de comportement des automobilistes qui sont, il faut le rappeler, les grands responsables de leur propre sécurité. Ce n'est habituellement pas la courbe dans la route qui est dangereuse mais bien celui qui est derrière le volant! Pourquoi modifier la courbe alors?

En résumé, l'incident de décembre 2013 devrait seulement nous rappeler de travailler sur nos habitudes de transport, mais surtout de tout simplement d'adopter une conduite automobile plus responsable. Mais, selon moi, pas de construire encore un autre pont à Saguenay!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer