Un nouveau pont? Bien sûr!

Le conseiller municipal Marc Pettersen.... ((Archives))

Agrandir

Le conseiller municipal Marc Pettersen.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Un an après l'incendie qui a entraîné la fermeture du pont Dubuc, la question d'un deuxième pont sur le Saguenay dans l'arrondissement de Chicoutimi figure toujours au coeur de l'actualité. L'ingénieur et professeur Marc Bouchard, du Département des techniques d'aménagement et d'urbanisme du Cégep de Jonquière, et le conseiller municipal Marc Pettersen, discutent aujourd'hui de ce sujet.
En 1989, je militais dans Accès-Bleuet pour une autoroute dans la Réserve faunique des Laurentides. Je commençais mes études en maîtrise et me présentais au conseil municipal de Chicoutimi. Déjà, j'entrevoyais avec l'«Autoroute du Parc» des problèmes avec seulement un accès pour la rive nord. J'étais carrément un extraterrestre! Mais le temps me donne raison.

Quelques faits: 50 000 personnes résident sur la rive nord du Saguenay, plus de 55 000 véhicules empruntent le pont Dubuc chaque jour, développement de deux mines importantes (Niobec et Ariane Phopshate), redémarrage du Plan Nord et toutes les autres perspectives de développement. Assez pour faire exploser le trafic sur le pont Dubuc. Il est impensable de condamner pour l'éternité tout ce trafic à passer en plein centre de la trame urbaine de Saguenay et surtout d'entretenir le rêve utopique de régler le tout par une augmentation du transport en commun. Même en doublant les autobus aux heures de pointes c'est tout au plus 2000 véhicules qui seront retirés de la circulation. Il restera plus de 50 000 véhicules sur le pont Dubuc et cela ira en augmentant pas en diminuant.

Principe

Maintenant la question qui tue! Pourquoi faire un pont quand on a un bouchon d'une heure le matin et un autre le soir? Montréal mérite tous les investissements, pas nous? Ici, on doit aussi composer avec le principe d'égalité des chances au développement. C'est l'article 36 de la Constitution!

Au delà du trafic, il y a la sécurité civile. On l'a appris à la dure en décembre 2013. Ça veut dire quoi la sécurité civile pour vous et moi? Les urgences médicales, oui, mais aussi un droit fondamental à vivre en sécurité à Saguenay. Voici des faits: cet hiver un camion citerne a été frappé par une déneigeuse sur la 175, et a pris feu. Cet été, sur la 640, explosion d'une citerne. La SAAQ disait suite à cet accident qu'un camion sur trois n'est pas aux normes de sécurité minimale pour circuler! Or, sur le pont Dubuc, il passe entre 60 et 75 camions d'essences par semaine et des centaines de camions remplis de matières hautement toxiques transitent chaque année pour les procédés des mines. Juste pour vous donner une petite idée, un camion rempli d'ammoniac de chlore ou d'acide chloridrique (oui il en passe de ces composés potentiellement mortels sur le pont) qui explose sur le boulevard Saint-Paul ou Sainte-Geneviève demande un périmètre d'évacuation minimal de 800 mètres à 1,5 Km! La cerise sur le sundae, pour ne pas dire sur le pont Dubuc, des centaines et des centaines de camions bourrés de matières toxiques, BPC, terres contaminées et j'en passe traversent le pont annuellement à destination de l'incinérateur de Saint-Ambroise. Alarmiste diront les puristes du transport en commun? Oui peut être. Peut-être même que l'ancien ministre des Transports du Québec, Sylvain Gaudreault, attaquera de nouveau le messager au lieu de s'attaquer à la racine du problème en disant que «la solution c'est le transport en commun».

Mais on ne mettra pas un camion rempli d'acide sulfurique ou de chlore dans un autobus pour l'envoyer à Saint-Honoré!

Il faut donc une route de ceinture et un nouveau pont sécuritaire. Niobec prévoit justement faire une route de contournement pour sécuriser les citoyens dans le cadre de ses projets. On attend quoi à Saguenay? Qu'un second désastre du genre de Lac-Mégantic arrive? Voici un élément de réflexion très important à la nécessité de construire un nouveau pont. Et on n'a pas encore parlé ici des occasions de développement économique et de la possibilité d'adapter nos circuits d'autobus associé à la construction d'un nouveau pont, du transit des véhicules tout terrain, de l'allégement du trafic dans les zones densément peuplées... Ni des perspectives prodigieuses de développement associées au Plan Nord. Tout ça et d'autres sujets devraient être traités dans une vraie étude en marge de laquelle Saguenay demande d'être consultée. Et vous, qu'en pensez-vous?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer