On se serre la ceinture!

La création de 250 000 emplois, majoritairement à temps... (Photo Francis Vachon, Archives PC)

Agrandir

La création de 250 000 emplois, majoritairement à temps plein, est «un engagement» électoral et le gouvernement tient à le remplir, a assuré Philippe Couillard mardi.

Photo Francis Vachon, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joël Martel
Le Quotidien

Yo Phil.

Je pense qu'il faut qu'on se parle là. Sérieux Phil, ça dérape solide ton affaire.

Tout d'abord, si j'ose te tutoyer, ô toi, premier ministre du Québec, c'est qu'à un moment donné, quand j'ai l'impression que quelqu'un se fout de ma gueule, je viens à me demander si ça vaut vraiment la peine de me forcer à donner dans les courbettes et les politesses.

Non mais il faut le faire Phil. Quand on arrive au point où ce sont les familles et les gardiennes d'enfants qui se retrouvent dans la rue pour manifester, je pense qu'on peut dire que rendu là, tout le monde est pas mal en «cr...». Et là, pas en mautadine ou en ciboulette, mais vraiment en «cr...».

Maintenant, tu vas certainement me dire que ton gouvernement n'a pas le choix, que nous devons passer à l'action si nous voulons nous sortir du marasme économique et bla bla bla bla bla bla bla. Peut-être. Mais c'est quand même drôle que ce sont toujours les "ceuzes" qui arrivent de peine et de misère à boucler la fin du mois qui se retrouvent à devoir se sacrifier en premier. Tu sais Phil, je ne suis pas trop du genre à capoter sur les histoires de conspirations, mais à un moment donné, il va falloir que tu t'aides un peu. Parce que là, comme si le cynisme à l'égard des politiciens n'était pas à son comble, on pourrait presque penser que ton gouvernement travaille uniquement pour la gang qui a le gros cash. Je veux bien comprendre qu'il faut parfois leur licher les semelles de bottes pour leur donner le goût de rester ici, mais pas besoin non plus de leur sucer le jus de bas. S'ils ont chaud aux pieds à force de nous piétiner dessus, qu'ils fassent comme tout le monde et qu'ils fassent sécher leurs chaussettes sur le calorifère.

Écoute Phil, ça coupe tellement qu'on en est maintenant à fermer la salle de jeux de l'hôpital de Chicoutimi. Une salle de jeux Phil. Une salle de jeux.

Et ça, c'est sans compter qu'en plus de couper, tu nous sors maintenant un autre lapin du chapeau: des nouvelles taxes. Personnellement, je vais te dire que depuis que j'ai fait le "switch" vers la cigarette électronique, je me trouvais très cool. Je me disais que dans l'éventualité où je me sauverais un cancer du poumon, je ferais épargner quelques milliers de dollars au système. Eh ben pour me remercier, tu penses à taxer ça. Et puis là, j'allais pousser le ridicule jusqu'à proposer que tant qu'à y être, tu devrais penser à taxer la «root beer» au même titre que l'alcool et bang! , j'apprends qu'on considère sérieusement à taxer la liqueur. En tout cas, pour ça, si ton but était de me pousser à bout, c'est raté parce que je n'aime pas la liqueur. Tant que tu ne touches pas à mes «Sugar Crisp».

À la limite, je resterais plutôt zen quant à toutes ces coupes si au moins, tu t'étais contenté de faire ta campagne sur les vraies affaires. Et quand je te parle des vraies affaires, je te parle de vraies affaires dans le sens de vérité. Genre: "Écoutez gang, je sais que c'est pas trop sexy, mais quand je vous dis que je vais faire un ménage du système, je ne niaise vraiment pas gang. Ça sera pas beau et je vous assure que personne, c'est-à-dire la classe moyenne et la classe pauvre, ne sera épargnée. On va couper dans pas mal toute pis vos enfants ont affaire à pas tomber malade parce qu'ils vont trouver ça plate longtemps. Ouep, parce qu'on va tellement couper partout que même les enfants vont payer.»

Mais non, tes vraies affaires Phil, ça a été de nous faire miroiter 250 000 jobs. Donc c'était juste une cible finalement. Un peu comme quand je vise mal et qu'il faut que j'essuie le bol de toilette après. De toute façon, j'imagine que ça aurait été des jobines de six mois où il faut être admissible à l'assurance-emploi avec des salaires où tu arrives à peine à te sortir la tête de l'eau hein?

Je vais te dire une vraie affaire Phil.

Faudrait faire gaffe parce qu'au rythme où tu coupes, ça serait plate pour toi que tu finisses par te couper des livres d'histoire. Parce que la postérité, c'est tout ce qui nous reste à la fin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer