Un délit d'initié

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joël Martel
Le Quotidien

Ça devait être au milieu des années 90.

Il jouait au hockey depuis qu'il était tout petit et voilà qu'il venait tout juste de faire son entrée dans la ligue midget. Comme il était nouveau dans la gang, il n'avait pas vraiment le choix en fait. Le truc, c'est que lorsque tu veux te faire accepter par la gang, tu dois passer par là. Alors voilà, on l'a initié.

Ici, je vais vous éviter les détails, mais disons qu'on ne s'est pas contenté de lui verser un contenant d'eau glacée sur la tête. Une chose est certaine, l'initié s'est retrouvé en costume d'Adam dans le vestiaire et disons qu'on a profité de la situation pour se payer sa gueule. Les gars riaient et s'amusaient. Même que pendant un moment, il s'est dit que c'était normal et que ça faisait partie de la "game". Lui, il n'avait vraiment pas de fun, mais les gars avaient tellement l'air de trouver ça normal qu'il s'est enfin résigné à se dire que tout le monde devait avoir passé par là. Et puis à la fin, ces gars-là allaient être ses nouveaux amis, ses nouveaux alliés sur la glace, son équipe quoi?

Et puis ça s'est terminé. Et la vie a repris son cours normal. Les pratiques et les parties se sont déroulées plutôt rondement pendant toute la saison. Et comme on n'en a jamais reparlé, ça devait donc décidément faire partie de la "game".

Il y a eu l'été, les chauds rayons du soleil, les soirées d'orage, les matins de rosée et les reprises de Batman à 16h à Télé-Métropole. Mais il y avait aussi ce souvenir qui flottait toujours. Un peu comme celui d'un mauvais rêve qu'on a eu la veille. Certes, il y avait des journées où ce souvenir semblait s'être endormi pour de bon. Or, il voyait l'été s'effriter au fil des semaines et il savait que ça recommencerait. Et ce souvenir se réveillait de plus en plus souvent.

Cet été-là, il aurait aimé parler de ce qui lui était arrivé. En fait, le jour même où ça s'était passé, une partie de lui s'était dit que ce n'était pas normal. Mais chaque fois, ses pensées l'amenaient sur le même chemin. Il se disait qu'après tout, c'était son équipe. Et puis, les autres devaient tous avoir passé par là et jusqu'ici, personne ne semblait en avoir fait un drame. Du coup, il n'osait même pas imaginer quelle saison de hockey de merde il aurait passée s'il s'en était plaint. Et de toute façon, on lui aurait certainement répété une fois de plus que tout ça, ça faisait partie de la "game", d'en revenir.

Il aurait pu aussi en parler à ses proches ou à ses amis, or qu'aurait-on ensuite pensé de lui? On l'aurait ainsi vu dans toute sa vulnérabilité. Son père aurait probablement été déçu qu'il ne soit même pas être capable d'endurer une petite initiation de rien du tout. Et avait-il vraiment envie que ses amis aient ces images en tête chaque fois qu'ils le croiseraient?

Alors l'été s'est terminé et lorsque les camps d'entraînement ont débuté, il n'est pas retourné sur la glace, pas même sur le banc.

Et puis l'automne s'est pointé le bout du nez et de nouveaux joueurs sont arrivés. On leur a offert le même traitement. Les gars riaient et avaient ben du fun. Même ceux qui avaient dû passer par là l'année précédente. Évidemment, dans le lot, la plupart n'osaient pas le dire, mais ce n'était pas si le fun que ça. Mais à la fin, ça faisait partie de la "game".

Ça aurait été chouette de terminer cette histoire sur une note joyeuse en vous racontant que cette année-là, l'équipe s'est rendue jusqu'en finale pour ensuite remporter les honneurs. Ça aurait été chouette aussi de vous dire qu'un des joueurs a eu droit à une brillante carrière professionnelle et qu'à un moment, il s'est servi de sa tribune pour dénoncer de telles pratiques.

Mais non. Dans cette histoire, il n'y a que le silence qui a triomphé.

Dommage, parce que si les règles du jeu avaient été aussi claires que celles sur la glace, ils auraient su qu'il n'y avait pas de honte à briser ce cycle de violence.

Et surtout, ils auraient su que ça ne faisait pas partie de la "game".

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer