La prophétie d'Andy Warhol se réalise

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jacques Brassard
Le Quotidien

L'un des prélats les plus en vue de l'épiscopat écolo-réchauffiste est Steeve Guilbeault.

Le géologue et sismologue à la retraite de l'UQAC, Reynald Du Berger, aussi ingénieur de formation, s'est intéressé récemment à cet expert auto-proclamé. Il a découvert que les études supérieures que Steeve Guilbeault avait abordées étaient théologiques. Il ne s'est pas rendu, cependant, jusqu'au diplôme, mais en a gardé la propension au dogmatisme. C'est ce théologien inachevé qui, depuis des années, nous sermonne sur le climat, la forêt et l'énergie. Et qui est sujet d'une vénération flagorneuse de la part de tous les médias, plus particulièrement de Radio-Canada, Télé-Québec et du Devoir.

Avis

Auparavant, Steeve Guilbault pontifiait à partir de Greenpeace; maintenant, il prêche la bonne parole à Équiterre, une congrégation écolo québécoise. Il est, à toutes fins utiles, le Professeur Tournesol attitré de Radio-Canada. Récemment, en zappant le matin (ce qui m'arrive rarement), je l'ai vu aux «Lionnes». Il pérorait sur le climat tout en dénigrant le Stephen Harper. Les animatrices étaient en extase devant ce «guide spirituel».

 

En fait, à ma connaissance, je n'ai jamais vu ce fat personnage sérieusement questionné ou talonné par les animateurs-bureaucrates de la société d'État. Ces derniers ne sont toujours que des faire-valoir, lui permettant de présenter sa salade sur la forêt ou le climat. Jamais de questions embarrassantes qui risqueraient de mettre à nu les lacunes de son bric-à-brac doctrinal.

Expert

Ce monseigneur est non seulement omniprésent à Radio-Canada et au Devoir, il est aussi promu expert honoris causa par le gouvernement du Québec qui, à tout propos, recueille respectueusement ses mantras et ses lieux communs. La ministre de l'Environnement se voit mal prendre une décision sans avoir, au préalable, obtenu sa bénédiction. Il y a plus ridicule encore: des ingénieurs, réunis en congrès, se soumettant sans doute à la rectitude écologique, l'invitent à traiter de la «science du climat».

Notez que le Québec n'est pas un cas unique...

En France, c'est un animateur de télé, Nicolas Hulot, qui joue au despote écolo. Il est adulé par la classe politique et les médias. Aux États-Unis, vous le savez déjà, Al Gore se comporte en prophète apocalyptique sur toutes les tribunes à 300 000$ la présence. Mais, à la différence du Québec, des voix discordantes parviennent à s'y faire entendre.

En France, l'ex-ministre Claude Allègre, un scientifique de haut vol, parvient à fissurer la pensée unique climatique. Aux États-Unis, d'éminents climatologues sceptiques réussissent à faire entendre leur voix. C'est le cas, aussi, au Canada anglais. Mais, au Québec, nous sommes contraints, en matière écologique et climatique, de nous abreuver aux prêches d'un théologien manqué n'ayant aucune formation scientifique.

Andy Warhol, le fondateur du Pop Art, prédisait que «nous vivrons bientôt une époque où chacun aura le droit de dire ce qu'il pense, et ce, sans problème, car alors tout le monde pensera la même chose». Au Québec, il faut croire qu'en matière écologique nous y sommes déjà!

Le ridicule ne tue pas

Le Nobel de la paix, attribué par un comité norvégien, vient d'être décerné à Barak Obama. Burlesque!

Déjà, la crédibilité de ce prix s'approchait de zéro. La déconsidération avait commencé lorsqu'il fut accordé à Yasser Arafat, un maître du double langage et un terroriste avéré. Elle s'est achevée, il y a deux ans, lorsqu'il tomba dans les mains d'Al Gore, un catastrophiste de haut vol. Et voilà qu'on l'attribue à un Président verbomoteur dont la contribution à la paix se limite à des intentions (nobles, il va de soi) et à de beaux discours pleins de bons sentiments, cela va sans dire.

En fait, sa candidature a été déposée avant même que Barack Obama entre en fonction! Et, surtout, pendant qu'il bonimente et baratine, l'Iran se dote de l'arme nucléaire. Beau travail! C'est comme si l'on décernait le prix Nobel de la littérature à un jeune blanc-bec dont l'oeuvre littéraire se réduirait à un aide-mémoire ne comportant que les titres de ses futurs romans.

Dire que cette clownerie norvégienne fut accueillie dans l'enthousiasme. Se pourrait-il que le gros bon sens ait quitté ce bas monde? Mais, pas aux États-Unis! Fort heureusement, en effet, un sondage y révèle que les deux tiers des Américains estiment que leur Président ne mérite pas ce prix...

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer