L'Accès à Alma

Un café qui fait du bien à tous

Manon Girard a eu l'idée d'ouvrir ce café... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Manon Girard a eu l'idée d'ouvrir ce café il y a plus d'un an pour financer son organisme Accès Condition vie, mais aussi pour favoriser la mixité sociale. Elle a été appuyée par le président de l'organisme, Claude Nicole.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

LAURÉAT DU MOIS / En ouvrant le café l'Accès à Alma, Manon Girard pensait aux personnes les plus démunies. Elle voulait créer un endroit rassembleur qui permet aux gens de socialiser, de sortir de l'isolement. Mais son café, qui fonctionne selon le principe du « prix suggéré », fait finalement du bien à toute la communauté.

« Les gens, de tous les milieux, me disent qu'ils aiment venir ici et participer à un projet aussi humain. Surtout dans des périodes aussi noires qu'actuellement, ne serait-ce que ce qui se passe à Paris. Mais aussi ce qui se passe ici au Québec, avec les mesures d'austérité. L'avenir n'est pas rose. Et les gens sont un peu inquiets », constate Manon Girard, directrice générale d'Accès conditions vie, un organisme à but non lucratif qui a pour mission d'assurer la défense des droits des personnes assistées sociales.

Et l'engouement pour ce café prouve que les valeurs de solidarité sont toujours bien présentes dans la communauté almatoise, selon Claude Nicole, président d'Accès conditions vie.

« Lorsqu'un projet d'économie sociale est aussi porteur, ça donne espoir aussi dans les hommes, dans l'humain, alors que des fois on a des nouvelles qui nous laissent un peu perplexe à l'égard de l'humain. Particulièrement lorsqu'il y a des mesures d'austérité qui visent les gens les plus faibles de la société. Alors c'est plaisant de voir qu'un café, qui n'est pas basé sur des valeurs capitalistes pures, suscite l'intérêt des gens », exprime M. Nicole.

« Et c'est grâce aux généreux donateurs de la communauté qu'on a pu ouvrir. Des gens ont donné de l'argent, d'autres du temps, de la nourriture. S'il n'y avait pas eu cette solidarité dans le milieu socio-économique d'Alma, le projet n'aurait pas pu lever », ajoute-t-il.

La clientèle du café augmente de semaine en... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque) - image 2.0

Agrandir

La clientèle du café augmente de semaine en semaine.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Parier sur l'humain

Le petit café situé au centre-ville d'Alma offre des petits repas, notamment des soupes, des crêpes, des sandwichs. Un faible prix est affiché, soit le coût de production. Mais les clients peuvent donner le montant qu'ils désirent. Et si certains doutaient de la bonté de l'humain, les résultats montrent le contraire. La semaine dernière, le don est monté à 42 %, c'est-à-dire que les gens donnent en moyenne 42 % de plus que le prix suggéré. Du jamais vu à l'établissement, qui avait atteint 30 % le mois dernier, au début de l'automne.

« C'est le pari qu'on avait fait. On a décidé de parier sur l'humain plutôt que sur la rentabilité économique. Et on s'est rendu compte que l'humain était plus rentable. Mais ça n'a pas été facile de convaincre les gens », se souvient Louis Cousin, qui a accompagné Manon Girard dans l'ouverture du café pour ensuite devenir bénévole de l'endroit.

En effet, plusieurs personnes se sont montrées sceptiques face à cette idée, raconte Nabila Bedjbedj, également bénévole au café.

« Dans le comité de travail, il y avait des gens de tous les milieux. Et plusieurs étaient contre ce concept-là. Certains ne pensaient pas qu'il fallait faire autant confiance aux gens. Donc c'est une victoire. Oui on peut faire confiance aux gens », exprime la jeune femme d'origine franco-algérienne.

La mixité sociale fait aussi partie de la mission du café. Il est l'un des rares endroits qui rassemblent des gens provenant de tous les milieux.

« C'est un autre but que certaines personnes me disaient que je n'allais pas atteindre. Mais on l'a atteint dès la première semaine. On a des gens de tous les milieux. Il y a tellement de préjugés. Et ceux qui n'y croient pas, ce n'est pas nécessairement eux que je veux comme client. On veut des gens respectueux, humains, qui veulent vivre ensemble, qui veulent faire partie d'une communauté à parts égales et qui pensent qu'un être humain ne devrait pas vivre autant de souffrance et de pauvreté », insiste Mme Girard.

Jean Gagnon

L'histoire de Jean Gagnon, un des bénévoles du café, a été racontée dans ces pages il y a quelques semaines. L'homme a réussi à se sortir d'un isolement de plus de 10 ans grâce à l'établissement almatois. L'article lui a été d'une grande aide, une délivrance, confie M. Gagnon qui a revu son père à la suite de la publication de son histoire.

« Il est venu chez moi en sortant l'article et il m'a dit, tu es devenu un homme », raconte, ému, Jean Gagnon, rencontré la semaine dernière au café.

Où et quand

Pour les non-initiés, le café peut être difficile à trouver, en raison de l'absence d'un grand affichage. Il se trouve au 409, rue Collard Ouest, en plein coeur du centre-ville almatois. Le café est ouvert à tous du jeudi au dimanche, de 9 h à 17 h.

Lauréat : Le café l'Accès d'Alma a été choisi personnalité du mois Le Quotidien-Radio-Canada. Fondé pour donner un coup de pouce aux plus démunis, il répond finalement aux attentes de l'ensemble de la communauté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer