Lauréat du mois : Nutrinor engagée localement

Jean Lavoie, président de Nutrinor.... (Photo Le Quotidien, René Bouchard)

Agrandir

Jean Lavoie, président de Nutrinor.

Photo Le Quotidien, René Bouchard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Nutrinor n'a pas perdu de temps pour rassurer les producteurs laitiers de la région. Deux jours à peine après l'annonce d'une entente de principe du Partenariat transpacifique, qui prévoit une ouverture de 3,25% du marché des produits laitiers, la coopérative s'est publiquement engagée à s'approvisionner à 100% de lait canadien. Un engagement qui a été salué par l'ensemble des agriculteurs du Québec.

«On voulait faire l'annonce rapidement en signe d'appui aux producteurs. Parce que c'était une période difficile pour eux. L'annonce ne donnait rien dans la poche des gens. Mais au niveau moral pour les agriculteurs, c'était important. On a senti une incertitude chez les producteurs. Certains ont mis sur la glace leur projet d'investissement, certains ont devancé des décisions d'arrêter la production. Il y a eu toute sorte de réactions dans le champ pendant les négociations», raconte Jean Lavoie, président de Nutrinor et propriétaire d'une ferme laitière à Saint-Gédéon.

Cette promesse a été applaudie aux quatre coins de la province. Les messages d'appuis envers la coopérative ont afflué sur les réseaux sociaux.

«Nous avons une coopérative respectueuse qui ne nous joue pas dans le dos et qui nous supporte dans les moments difficiles. N'importe quelle compagnie aurait opté pour le profit en profitant du lait moins cher des États-Unis, mais vous décidez d'offrir encore et toujours le meilleur à nos consommateurs», a écrit une membre de la coopérative sur la page Facebook de l'organisation. «Ils devraient ouvrir d'autres coopératives comme ça au Québec pour qu'on puisse y envoyer notre lait», a publié une productrice provenant de l'extérieur de la région.

Plusieurs producteurs ont aussi invité les autres transformateurs et coopératifs à formuler la même promesse. Mais peu ont emboîté le pas.

«Je ne veux pas commenter pour eux. On a des marchés différents aussi. Ce qu'ils disent, c'est qu'ils doivent être aussi compétitifs que leurs concurrents. Je ne suis pas à leur place», répond M. Lavoie, qui ne voulait visiblement pas s'avancer sur cette pente glissante.

En prenant cet engagement, Nutrinor a pris le pari de la durabilité, plutôt que du rendement économique. Son président le dit avec fierté.

«C'est évident qu'il faut être prêt à faire des compromis lorsqu'on prend de telles décisions. Ce n'est pas une rentabilité à tout prix qu'on vise. On vise une durabilité. On travaille toutefois pour avoir un rendement. Mais l'approvisionnement 100% canadien, c'était non négociable», exprime M. Lavoie.

Est-ce que Nutrinor tiendra sa promesse au fil des ans? Le président n'en doute pas.

«On l'a annoncé publiquement. On s'est engagé. C'est comme un contrat. Et je demeure convaincu que Nutrinor va continuer d'être fidèle envers ses membres et tous les producteurs. On va continuer à mettre en valeur les produits de la région et leur donner de la valeur ajoutée pour que l'économie régionale s'en sorte mieux», assure Jean Lavoie.

La petite vache bleue

Nutrinor s'approvisionnait déjà uniquement en lait canadien avant son annonce, en octobre dernier. Les quelque 25 millions de litres qu'elle transforme annuellement proviennent de la région. 

Mais la coopérative n'avait pas le logo qui le confirmait, soit celui de la petite vache bleue. Le conseil d'administration a toutefois décidé de remédier à la situation et d'adopter ce symbole, si cher aux producteurs laitiers.

«Ce logo signifie que le lait est 100% canadien. On le retrouve sur certains produits laitiers, dont des fromages. Les gens commencent à le demander davantage», précise Jean Lavoie, président de Nutrinor.

La coopérative n'avait pas adopté ce logo plus tôt, car elle croyait que celui d'Aliments Québec suffisait.

«On a toujours misé sur Aliments Québec. On pensait qu'il était plus connu comme logo. Et on ne voulait pas ajouter un deuxième logo. Le produit aurait été tapissé de trop d'images. Mais il y a deux mois, le conseil d'administration a pris la décision d'intégrer la vache bleue. Le changement a été amorcé et tous les produits devraient bientôt afficher cette petite vache bleue», ajoute M. Lavoie.

Le logo demeure boudé par certains grands transformateurs québécois. Des entreprises qui utilisent des concentrés de protéines laitières provenant des États-Unis dans leurs produits en base de lait.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer