Christopher Simard, le «bébé-hélicoptère»

Christopher Simard, fils de Patrica Lapointe et de... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Christopher Simard, fils de Patrica Lapointe et de Jeannot Simard, est né le 21 juillet 1996, alors que ses parents faisaient partie des sinistrés réunis à la Polyvalente La Baie. Même s'il est né durant la période tumultueuse du Déluge, le jeune homme est très calme en entrevue.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le «bébé-hélicoptère». C'est ainsi que Christopher Simard était désigné, durant les premières heures de sa jeune vie. Faut dire que le jeune homme qui célébrera son 20e anniversaire a vu le jour dans une période tumultueuse. Ses parents, Patricia Lapointe et Jeannot Simard attendait sa venue à la mi-juillet, mais voilà que le p'tit deuxième de la famille s'est fait attendre et a décidé de venir au monde le 21 juillet, en plein Déluge.

«Le samedi matin, j'étais allée voir ma mère à Grande-Baie, et finalement, je ne suis jamais ressortie de Grande-Baie. On nous a transportés en autobus scolaire jusqu'à la Polyvalente de La Baie», raconte sa mère qui avoue qu'elle avait trouvé la situation surréaliste en voyant les maisons partir comme des châteaux de cartes, des voitures et des toits de maisons échoués dans la baie.

Et voilà que les contractions ont commencé. Son père est donc parti à pied pour aller chercher une ambulance en mesure de la transporter. «Ils ont demandé un hélicoptère parce que je ne pouvais pas accoucher à La Baie et on s'est rendu à Chicoutimi où on a atterri sur le toit de l'hôpital», relate-t-elle.

Bien sûr, Christopher n'a pas eu connaissance d'être né dans des conditions aussi rocambolesques, mais il a lu les reportages qui en ont fait mention.

Il y a aussi eu cette anecdote où la mère de Mme Lapointe a reçu un appel disant qu'ils avaient reçu un colis de Montréal qui serait livré à domicile. À leur grand étonnement, c'est un gros camion rempli de jouets qui s'est reculé dans la cour!

«Il y avait tellement de stock! Mais finalement, il y avait deux paquets qui était identifié au «bébé-hélicoptère» comme ils l'avaient surnommé. Comme j'avais encore toutes mes affaires, j'ai retourné tout le reste à ceux qui en avaient plus besoin que nous», poursuit Mme Lapointe en riant. La famille résidait dans le rang Saint-Louis et même si leur demeure n'a pas été endommagée par la crue des eaux déchaînées, elle a dû attendre 40 jours avant de pouvoir réintégrer les lieux. En attendant, Mme Lapointe a été accueillie par son beau-frère qui résidait à Laterrière.

À chacun des anniversaires de Christopher, sa mère avoue qu'ils avaient une pensée pour le Déluge, mais l'accent était mis sur la fête. Quant au jeune homme, on aurait pu penser qu'il aurait un tempérament turbulent après être né dans une période aussi mouvementée. Eh bien non. «Je suis quand même quelqu'un de calme», assure-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer