Rio Tinto: le syndicat d'Alma réclame des investissements

Pour le président du syndicat, Alexandre Férchette, il... (Courtoisie)

Agrandir

Pour le président du syndicat, Alexandre Férchette, il n'y a plus d'excuse pour retarder les investissements. Tous les voyants sont au vert et l'entreprise n'a d'autre choix que de respecter ses engagements, soutient-il.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entreprise Rio Tinto ne peut plus faire attendre la région et doit confirmer le plus rapidement possible les investissements dans les projets d'augmentation de sa capacité de production d'aluminium selon les termes des ententes conclues avec le gouvernement du Québec.

Le président du Local 9490 affilié aux Métallos de l'aluminerie d'Alma, Alexandre Fréchette, espère que l'entreprise ne tentera pas encore une fois de trouver de nouvelles raisons pour se dédouaner de ses principaux engagements alors que le gouvernement a de son côté respecté ses promesses. L'entreprise a bénéficié d'un soutien financier pendant la crise, d'une partie de son prêt sans intérêt dans le projet AP60 et elle devrait normalement obtenir d'autres conditions intéressantes pour ses activités de production d'électricité, soutient M. Fréchette.

« Le projet des boues rouges semble sur la bonne voie. Le décret pour la stabilisation des berges ne rencontrera visiblement pas de difficulté majeure avec l'entente sur la gestion participative. Les travailleurs ont fait les concessions exigées en lien avec le régime de retraite et le marché s'améliore plus que significativement », a déclaré le leader syndical après la publication des résultats financiers de l'entreprise.

À elle seule, invoque Alexandre Fréchette, la division aluminium de Rio Tinto a permis de dégager des profits nets de l'ordre de 700 M $ US après les six premiers mois de l'année. Pour Alexandre Fréchette, il faut tenir compte d'éléments additionnels quand on analyse la situation de l'entreprise pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Le prix de l'aluminium est de 1900 $ selon ce qu'on a pu observer rapidement. On doit savoir que dans une usine comme Alma, selon les chiffres de Rio Tinto, le prix est plus élevé puisque nous faisons des produits spéciaux et le prix peut augmenter facilement de l'ordre de 200 $ la tonne. À titre d'exemple, nous produisons en ce moment de l'aluminium pour des bus bar pour une aluminerie au Moyen-Orient. C'est le produit le plus payant sur le marché », insiste Alexandre Fréchette.

Pour Alexandre Fréchette, il n'y a plus d'excuse pour retarder les investissements. Tous les voyants sont au vert et l'entreprise n'a d'autre choix que de respecter ses engagements, soutient-il.

Les projets en attente sont ceux des deux autres phases de l'usine AP60 au Complexe Jonquière et l'ajout d'une salle de cuves à l'aluminerie d'Alma. Pour Alma, cet ajout se traduirait par la création de nouveaux emplois.

Plus de signaux positifs attendus, croit Couillard

(Dominique Gobeil) - Le premier ministre Philippe Couillard croit que Rio Tinto aura besoin de plus d'encouragements avant d'investir au Saguenay-Lac-Saint-Jean, même si les revenus nets de sa division aluminium ont doublé aux deux premiers trimestres de 2017 comparativement à pareille date l'an dernier.

Ceux-ci montent ainsi à 760 millions de dollars américains, surtout grâce à la hausse du prix de l'aluminium sur le marché.

« Je pense qu'on doit accueillir cette nouvelle avec bonheur. Rio Tinto doit être très contente aussi, mais la compagnie va sûrement vouloir des signes de raffermissement de l'industrie supplémentaires », a déclaré Philippe Couillard en point de presse à Saint-Bruno.

Celui qui est aussi député de Roberval cible notamment la concurrence chinoise. « Rio Tinto veut certainement que l'incertitude se dissipe à propos de l'accumulation de l'aluminium sur le marché international. »

Dans la région, les phases 2 et 3 de l'usine AP60 à Jonquière se font toujours attendre, comme la suite du développement de l'Usine Alma. « Rio Tinto sait qu'on est prêt n'importe quand pour faciliter des investissements au Québec », termine le premier ministre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer