Un quartier digne du futur

Le promoteur de Sourceia, Jérôme Simard, voulait créer... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le promoteur de Sourceia, Jérôme Simard, voulait créer un quartier résidentiel digne du futur, où l'économie d'énergie est une préoccupation essentielle.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le quartier écologique Sourceia se développe à Saint-Félicien. Le projet de 13 résidences met de l'avant les énergies vertes et les initiatives régionales, comme la création de l'usine de panneaux préfabriqués Fortis pour les murs des maisons à l'efficacité énergétique rehaussée.

« Sourceia, c'est choisir son énergie logique, explique le promoteur Jérôme Simard. Et la meilleure énergie, c'est celle qu'on ne consomme pas. »

L'économie d'énergie en chauffage pourrait atteindre 70 % par rapport à une maison traditionnelle. En plus des huit panneaux solaires sur chaque unité et du chauffage par biomasse, chaque détail de conception compte. Les maisons sont orientées d'est en ouest, pour que les vents puissent rafraîchir l'intérieur quand les fenêtres sont ouvertes. Les terrains sont même découpés en diagonale par rapport à la rue pour permettre cette orientation. La pente du toit est calculée pour que le soleil réchauffe l'habitation en hiver lorsque l'astre est plus bas, mais que le milieu de vie reste à l'ombre et au frais durant l'été. Même les murs ont leur importance pour économiser l'énergie.

« Au lieu de la laine minérale, c'est une sorte de polystyrène. C'est plus durable. Les panneaux structurels isolants (SIP) ont un fort potentiel. L'usine ne va pas se limiter au quartier. On peut même aller vers les marchés agricole et commercial », avance M. Simard. 

Pour le moment, Fortis partage les mêmes installations que Construction Prospère, où la maison modèle de Sourceia a été complètement construite et où le seront également les prochaines propriétés clés en main. L'usine de murs préfabriqués devrait pouvoir entrer en activité à la fin juillet. Il y aura aussi une synergie entre les deux entreprises pour la main-d'oeuvre.

Au moins deux acheteurs se sont déjà portés acquéreurs des propriétés valant près de 200 000 $. Les terrains mesurent environ entre 500 et 900 mètres carrés. Les plans peuvent être modifiés selon les goûts. « C'est important pour nous de ne pas dépasser ce prix, assure le promoteur. Si certains voulaient acheter une maison sans les panneaux solaires puisqu'ils coûtent cher, je ne la vendrai pas. L'énergie solaire fait partie du concept. »

Les propriétaires auront la possibilité de se connecter au réseau d'Hydro-Québec en tant qu'autoproducteurs grâce aux panneaux solaires. Le surplus d'électricité pourra être vendu à la société d'État en échange de crédits lorsque les besoins sont plus grands et que le soleil n'est pas au rendez-vous, par exemple. Le forfait mensuel permet une certaine tranquillité d'esprit et enlève la nécessité d'acheter une coûteuse batterie.

« Les panneaux devraient suffire à alimenter les appareils électriques. Ce qui coûte le plus cher, c'est le chauffage, et le système de biomasse s'en occupe avec le plancher radiant », indique Jérôme Simard.

À l'entrée du quartier, une petite construction abrite quatre bouilloires chauffées aux granules. La ressource provient de la biomasse résiduelle de l'industrie produite à quelques kilomètres, ce qui réduit aussi les émissions de CO2 pour le transport. L'eau chaude circule ensuite à travers un réseau entre les maisons, qui possèdent leur propre système pour calculer l'utilisation. Chaque propriétaire paiera donc au promoteur le coût réel de ses besoins.

Il est aussi possible d'intégrer la domotique aux propriétés. Un bloc de six condos devrait être construit selon la même idéologie à l'automne. Un parc sera également aménagé près de la rivière.

Même lors d'une chaude journée d'été, l'intérieur de... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Même lors d'une chaude journée d'été, l'intérieur de la maison reste étonnamment frais grâce à sa conception, et ce, sans air climatisé.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Une formule unique au pays

Quand le promoteur Jérôme Simard a pensé à Sourceia, il ne visait rien de moins que de développer « les maisons du futur », où l'économie de l'énergie sera une préoccupation de plus en plus grande, dans une formule unique au pays.

« Je n'ai rien inventé, mais c'est la première fois au Canada que toutes ces initiatives se retrouvent dans un même projet de développement domiciliaire », croit celui qui était conseiller municipal à Saint-Félicien avant de donner sa démission il y a plus d'un an pour acheter les terrains.

La responsabilisation à la consommation de l'énergie est très importante pour le promoteur. « Nous ne sommes pas conscientisés à ça au Québec parce qu'il y a de l'électricité en masse et que ça ne coûte pas cher, mais l'énergie sera de plus en plus dispendieuse », pense l'ingénieur forestier de formation. Il n'y a qu'à évoquer les consommateurs insatisfaits des tarifs d'Hydro-Québec pour appuyer son point de vue.

Jérôme Simard estime que les habitations de Sourceia conviennent à tout le monde, particulièrement les jeunes familles et les personnes âgées. Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, est très enthousiasmé par le projet. « Nous voulons développer une politique d'hébergement dans la ville pour les nouveaux arrivants, et ça pourra en faire partie. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer