Usinage Numérique Plus pense à recruter en Europe

Manque criant de main-d'oeuvre

Les copropriétaires d'Usinage Numérique Plus Martin Jalbert et... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Les copropriétaires d'Usinage Numérique Plus Martin Jalbert et Raynald Bouchard, avec leur employé Dave Bauseigle, entourent le député Denis Lemieux venu annoncer l'aide de Développement économique Canada.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même avec un investissement de plus de 600 000 $ pour de l'équipement pouvant optimiser le travail des employés, l'entreprise Usinage Numérique Plus de Saint-Félicien éprouve un besoin « criant » de main-d'oeuvre qualifiée et songe à recruter en Europe.

Le maire de la ville jeannoise, Gilles Potvin, a fait cette suggestion en conférence de presse, mardi après-midi, après que le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord Denis Lemieux ait annoncé une aide financière remboursable de 305 075 $ de Développement économique Canada pour l'achat d'un centre d'usinage vertical cinq axes.

Cette machine « dernier cri » permet d'usiner des pièces avec plus de précision et moins de manipulation des travailleurs, ce qui peut augmenter la productivité jusqu'à 25 % environ. La PME pourrait faire encore mieux en recrutant deux machinistes supplémentaires avec de l'expérience en commande numérique. Elle doit refuser des demandes régulièrement.

« Il y a un manque de main-d'oeuvre et pas juste chez nous. C'est sûr que ça recrute aussi beaucoup à Saguenay, donc c'est difficile de garder des employés à Saint-Félicien », avoue le copropriétaire Martin Jalbert. Usinage Numérique Plus annonce des postes depuis quelques années, sans succès durable. L'enjeu est majeur pour l'entreprise qui cherche à prendre de l'expansion.

« On pourrait aller recruter des travailleurs à Montréal, mais là aussi il en manque. C'est sûr qu'il y en a dans le marché européen. En Suisse par exemple, il n'y aurait pas de barrière de langue et la formation technique est bonne. On pourrait amener de jeunes familles qui s'installeraient définitivement à Saint-Félicien », croit Gilles Potvin.

Le député Denis Lemieux serait prêt à faire un suivi auprès du gouvernement libéral pour faciliter l'immigration, mais il est sûr que les employés de la circonscription de Roberval continueront leur « bon travail » dans la période de transition après la démission du député conservateur Denis Lebel.

« C'est une bonne solution d'aller en Europe. Les Serres Toundra font venir une quarantaine de travailleurs du Guatemala, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas faire la même chose pour ici », affirme M. Lemieux.

Celui-ci s'est déplacé à Saint-Félicien pour faire l'annonce au nom du ministre du Développement économique Navdeep Bains dans le cadre du programme pour les régions du Québec et a souligné l'importance de « l'innovation comme moteur économique ».

« C'est comme un prêt sans intérêt qu'on va commencer à rembourser dans deux ans, le temps de rentabiliser l'investissement. On n'aurait pas pu procéder sans l'aide du gouvernement, ce qui correspond à la moitié du montant nécessaire », confie Martin Jalbert. Usinage Numérique Plus a des clients principalement dans la région et à Montréal dans le domaine des équipementiers d'alumineries et de la foresterie.

« Avec l'équipement qu'on a maintenant, il n'y a pas grand-chose qu'on ne peut pas faire », conclut M. Jalbert.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer