Tous en mode solution pour l'industrie forestière

Le Comité sur la forêt de l'Union des... (Photo Le Progrès, Louis Potvin)

Agrandir

Le Comité sur la forêt de l'Union des municipalités du Québec  s'est réuni à Roberval vendredi et a rencontré des intervenants de l'industrie.

Photo Le Progrès, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le Comité sur la forêt de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) est déterminé plus que jamais à soutenir les communautés et industries forestières.

C'est la position prise par les membres du comité qui étaient réunis à Roberval, vendredi, pour une rencontre qui a permis d'échanger avec le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), Produits forestiers Résolu, Arbec, la Coopérative Petit-Paris et Chantiers Chibougamau.

«Il y a beaucoup d'inquiétude. C'est du jamais-vu de faire en sorte que tous les paliers de gouvernement, que se soit le municipal, le provincial et le fédéral, travaillent tous dans un même sens pour qu'on puisse régler la problématique. Nous sommes en mode solution et nous avons bien saisi celles proposées par l'industrie et nous allons les accompagner, a mentionné le président du comité, le maire de Rouyn-Noranda Mario Provencher. Le fait que les maires soient là, les compagnies se sentent appuyés dans leur démarche. On travaille tous pour que nos collectivités continuent à se développer et puis ça passe par une entraide. L'industrie ne peut pas le faire seule, mais avec nous, les élus, on va réussir à passer à travers et nos collectivités à se développer.»

C'est la question de l'imposition de droits antidumping et les surplus de copeaux qui inquiètent les membres du comité.

«On a posé beaucoup d'actions sur la taxe américaine et là il fallait se positionner pour avoir une position commune sur la loi antidumping qui s'en vient. C'est beaucoup d'inquiétudes pour les travailleurs de nos communautés et les élus. Le comité de l'UMQ va travailler sur un plan d'action et on a beaucoup de travail à faire concernant les répercussions que pourraient avoir ces droits antidumping», a mentionné pour sa part le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte.

Ces droits pourraient être de l'ordre de 5 % à 10 % et s'ajouteront aux droits compensateurs de près de 20 % imposés depuis le 1er mai.

«Il faut anticiper les coups, car la situation évolue rapidement. L'industrie collabore avec les communautés comme jamais. Les solutions viennent de l'industrie et des rencontres comme ça devront se multiplier pour élaborer des scénarios crédibles pour envisager des changements structurels avant qu'il ne soit trop tard», a témoigné le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin.

CIFQ

André Tremblay, PDG du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), est satisfait de l'écoute obtenue. «Le message qui se dégage, c'est de réussir à avoir une vision pour assurer notre avenir et créer les conditions favorables pour susciter les investissements. Ainsi les entreprises vont pouvoir investir avec confiance dans la modernisation et la transformation de notre secteur. C'est là que l'Union des municipalités a un rôle à jouer, car les élus sont impliqués dans leur milieu et ont le goût de s'impliquer dans cette vision-là et essayer de la mettre en place. C'est très utile ce genre de rencontre», a-t-il témoigné.

Résolu

Le grand patron de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau, a discuté des effets des droits antidumping et des surplus de copeaux avec le comité. Il a tenu surtout à les avertir des conséquences des pressions menées par les groupes environnementaux sur le papier pour les livres de poche qui pourrait mener à la fermeture d'une machine à papier à Alma. «La guerre du bois d'oeuvre, ça va se régler. Notre régime québécois va nous permettre d'avoir accès au marché américain. Le pire ce sont les attaques menées par les activistes sur la forêt boréale. L'annonce du départ de l'usine de Quévillon ne s'est pas faite à cause de ça. Cela crée beaucoup d'inquiétudes chez nos clients. Comment on va réussir à commercialiser nos produits à cause des attaques continuelles ? C'est entre autres pour ça qu'il n'y a pas autant d'investissements qu'il devrait y en avoir», a-t-il affirmé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer