Vallée de l'aluminium: un 6e salon satisfaisant

Jean-Benoit Pineault, directeur général de Réfraco, est président... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jean-Benoit Pineault, directeur général de Réfraco, est président d'honneur du 6e Salon de la Vallée de l'aluminium.

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La tenue du 6e Salon de la vallée de l'aluminium au Pavillon sportif de l'UQAC satisfait ses organisateurs. Quatre cent cinquante personnes oeuvrant dans l'industrie de la transformation de l'aluminium se sont inscrites.

Jean-Benoît Pineault, président d'honneur du salon et directeur général de Réfraco, est fier que des gens d'affaires provenant de l'Inde, du Vietnam, de la Grande-Bretagne, de l'Islande et de la Russie se soient déplacés au Saguenay pour échanger leurs connaissances techniques et développer des relations dans le but de conclure des marchés. 

« Notre thème cette année était "S'allier pour briller sur les marchés". Ç'a été le prétexte pour rencontrer des gens d'affaires face à face. On force les choses pour le développement de relations, de partenariats et de nouveaux fournisseurs », explique M. Pineault.

Au rythme où évolue le salon, M. Pineault croit qu'il deviendra bientôt un événement incontournable pour toute l'industrie en Amérique du Nord. Le service de rencontres d'affaires mis sur pied avait enregistré aux environs de 250 rencontres uniquement dans la journée de mercredi. Même s'il s'agit souvent de courtes rencontres destinées à sonder l'intérêt des entrepreneurs l'un envers l'autre, elles peuvent être le début d'une relation d'affaires à long terme, affirme M. Pineault.

Ce dernier observe que de plus en plus d'entreprises régionales complémentaires entre elles s'organisent pour se doter d'une force de frappe dans les marchés émergents. C'est le cas pour les firmes Mecfor, Morin Énertech, Jamec, Réfraco et Dynamic Concept qui ont formé un consortium pour financer l'embauche d'un représentant commercial oeuvrant au Moyen-Orient, plus précisément aux Émirats Arabes, Oman, Qatar, Barhein et en Arabie Saoudite. C'est ainsi que la présence du représentant d'origine marocaine Wadii Boujendour a permis à Réfraco de décrocher un contrat dans une aciérie à Oman qui embauche 200 personnes.

« Notre intention est d'élargir le consortium avec d'autres entreprises de la région afin de réduire les risques financiers à travers un réseau d'entreprises complémentaires. »

Pour le président de la Société de la vallée de l'aluminium, Arthur Gobeil, le salon est un réel succès. Dans les premières éditions, le salon était composé strictement d'entreprises régionales alors que cette année, c'est le monde entier qui se déplace dans la région pour constater l'expertise développée au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le président sortant de la SVA mentionne que le développement d'un projet ne se fait pas en criant ciseau. Selon lui, les gens d'affaires oeuvrant dans la transformation de l'aluminium doivent apprendre à travailler ensemble.

L'avenir de l'aluminium passe par la technologie numérique, croit Jean Simard

(Pauline Mourrat) - « L'industrie de l'aluminium du Canada et du Québec doit intégrer la technologie numérique dans ses usines si on veut être compétitifs à l'avenir. » C'est ce qu'a affirmé le président de l'Association de l'aluminium du Canada, Jean Simard.Présent dans la région à l'occasion du Salon de la Vallée de l'aluminium, M. Simard est venu rencontrer différents acteurs du monde de l'aluminium. « J'ai parlé avec des intervenants, on a pu mettre en commun nos perspectives et il y a une ouverture extraordinaire et stratégique dans ce milieu pour l'avenir », remarque le président, au cours d'un entretien téléphonique.

La déclaration de M. Simard fait allusion à l'implantation, à Jonquière, d'un système de traitement des métadonnées pour toutes les alumineries, avec pour objectif l'amélioration de la gestion de la production. Grâce à cette nouvelle installation qui entraîne des changements dans les façons de produire, M. Simard espère concurrencer le marché mondial.

M. Simard sollicite l'effort et la mobilisation de toutes les parties prenantes pour réussir à être parmi les industries dans les plus performantes dans l'avenir.

« Avec les technologies numériques, on a franchi le point de bascule qui va nous permettre de concevoir l'usine de l'avenir », estime Jean Simard.

« Les usines du Saguenay sont dans une position extraordinaire, c'est un des rares endroits qui bénéficie d'une aussi belle industrie, précise M. Simard. Rio Tinto est dans une catégorie mondiale et c'est une chance inouïe pour la région. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer