Une Saguenéenne en mission économique en Israël

Sophie Villeneuve et Maxime Couture... (Photo courtoisie)

Agrandir

Sophie Villeneuve et Maxime Couture

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Il y a un peu du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la délégation de gens d'affaires qui accompagnent présentement le premier ministre Philippe Couillard en Israël. Sophie Villeneuve, cofondatrice de l'entreprise spécialisée en veille médiatique La Dose Pro, est originaire d'Arvida.

La Dose Pro, installée à Québec, est le fruit d'une association entre la jeune femme de 35 ans, son conjoint, Maxime Couture, et Pierre Bouchard. Les trois entrepreneurs ont uni leurs forces pour développer un outil de veille technologique qui permet de suivre l'activité médiatique, parlementaire et gouvernementale et d'envoyer des bulletins d'information ciblés à leurs clients en temps réel, selon des domaines d'activité précis. Il s'agit d'un service unique au Québec. Grâce à des logiciels développés par La Dose Pro, les abonnés sont notamment tenus au fait de ce qui se passe dans leur industrie, de ce qui se dit à leur sujet sur les réseaux sociaux et des débats qui ont cours en Chambre au sujet de leur secteur d'activité.

« C'est assez niché comme entreprise. On s'est rendu compte que le besoin était là. Le nombre d'informations qui circulent tous les jours sur le Web et dans les médias est immense. C'est impossible de tout suivre et ça prend un temps fou pour tout lire et tout voir. On a développé un logiciel qui nous permet de savoir tout ce qui se passe dans un domaine précis, que ce soit une nouvelle, le dépôt d'un projet de loi, l'adoption de décrets ou la publication d'avis dans la Gazette officielle du gouvernement », explique Sophie Villeneuve. La Dose Pro peut aussi produire des résumés de la période de questions à l'Assemblée nationale et les acheminer à ses clients. La compagnie veille aussi au grain et ce qui a trait à la diffusion de fausses nouvelles ou de rumeurs qui nécessitent parfois une réaction rapide des parties concernées.

La Saguenéenne pointe qu'elle et ses associés ont, en fait, créé un outil qu'ils auraient aimé avoir à l'époque où ils étaient attachés de presse. Sophie Villeneuve a porté ce chapeau et celui d'attachée politique pendant une dizaine d'années, à Québec et à Ottawa. Son conjoint, qui n'est pas originaire de la région, mais que Sophie Villeneuve définit comme un vrai « Bleuet blanc », a lui aussi campé ce rôle avant de se lancer en affaires. La Dose Pro compte aujourd'hui une vingtaine de clients institutionnels de partout au Québec.

La piqûre de la politique

À l'époque où elle étudiait au Cégep de Jonquière, Sophie Villeneuve ne savait pas qu'elle aurait un jour la piqûre pour le monde politique. Elle se doutait encore moins que son bagage professionnel, acquis pendant 10 années passées sur la Colline du Parlement et à l'Assemblée nationale, lui fournirait le nécessaire pour développer un savoir-faire jusqu'ici inexistant au Québec.

En 2001, la jeune Sophie, alors inscrite au programme en sciences humaines, a pris part à un forum étudiant à l'Assemblée nationale. Cette semaine passée dans les corridors de la plus haute institution démocratique de la province s'est avérée riche en rebondissements et a marqué un point tournant dans le parcours professionnel de l'Arvidienne.

« C'est la semaine où le premier ministre Lucien Bouchard a démissionné. C'était le branle-bas de combat. C'était palpitant et ça m'a donné la piqûre pour la politique », raconte celle qui a ensuite travaillé pour l'ex-député bloquiste de Lac-Saint-Jean, Sébastien Gagnon, l'ancien député de Roberval et leader parlementaire du Bloc québécois, Michel Gauthier, et l'ex-porte-étendard péquiste Stéphane Bédard. Sophie Villeneuve, qui a fait un bac en sciences politiques et un certificat en histoire à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), a aussi oeuvré au cabinet de Pauline Marois. 

D'attachée de presse à femme d'affaires 

En 2011, elle a fondé, avec son amoureux, l'entreprise Catapulte Communication. Le duo s'est ensuite associé au fondateur de La Dose.ca (un agrégateur de contenu), Pierre Bouchard, pour créer La Dose Pro. Sophie Villeneuve et son mari ont jeté les bases d'une troisième compagnie, AV3 Collaboratoire, un espace de co-working à Limoilou destiné à des travailleurs autonomes.

Ce ne sont donc pas les projets qui manquent pour la maman d'Arnaud, cinq ans, et Romane, deux ans. Sophie Villeneuve fait remarquer, à la blague, que sa fille et La Dose Pro sont nées dans la même semaine, en 2015.

Des enjeux de conciliation ?

« Mon chum et moi, on forme une super "team" et on est capables de bien équilibrer les choses. On fait ce qu'on aime, ce qui aide beaucoup. Ça prend une discipline de vie. On est du monde de matin. C'est fou le nombre de dossiers que je peux régler entre 5 h et 7 h », confie celle qui s'occupe davantage du volet ventes et marketing de ses entreprises.

« Je dis toujours que je suis la "techno twit" du groupe. Mais plus j'avance là-dedans, plus j'apprends et plus j'ai du plaisir », confie celle qui a grandi dans une famille où l'entrepreneuriat était valorisé et qui a été encouragée, dès son jeune âge, à voir grand.

Sophie Villeneuve est la petite-fille de Louis-Philippe Tremblay, qui fut épicier, marchand général et concessionnaire automobile dans la région. Elle est la nièce et la cousine des propriétaires de la franchise HGrégoire de Chicoutimi, Jean-Marie et Jean-Philippe Tremblay.

Appel de projets

Pour obtenir une place au sein de la mission économique en Israël, laquelle se poursuit jusqu'à mercredi, La Dose Pro a répondu à l'appel de projets lancé par le bureau du premier ministre. La compagnie, qui a pignon sur rue dans le quartier Limoilou, y voyait une opportunité de réseautage et d'échanges de meilleures pratiques, d'autant plus qu'Israël est considéré comme un pôle majeur en matière d'intelligence artificielle. Cet élément, conjugué aux outils de recherche développés par l'entreprise, se trouve au coeur de La Dose Pro.

«Le Québec et Israël, un pays d'environ 8 millions d'habitants, ont beaucoup de points en commun. Le contexte politique est plus complexe là-bas, mais il y a des moyens de voir comment on pourrait trouver des façons de combler certains besoins», fait valoir Sophie Villeneuve, qui, en plus d'être animée du désir de continuer d'oeuvrer à l'expansion de La Dose Pro, rêve de l'exporter. 

Une dizaine d'entreprises québécoises oeuvrant dans le domaine du numérique font partie de la mission, à laquelle participe également la ministre de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, Dominique Anglade




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer