Un concours pour les entrepreneurs

Mona Beaulieu, Mireille Jean, députée de Chicoutimi, Marc... (Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Mona Beaulieu, Mireille Jean, députée de Chicoutimi, Marc Plourde et Wilson Angarita, ont lancé lundi matin le concours d'entrepreneuriat communautaire.

Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Sophie Maltais

Stagiaire

Le Quotidien

Le Fonds d'entraide communautaire (FEC) fête son 20e anniversaire et lance un concours d'entrepreneuriat en collaboration avec la députée péquiste de Chicoutimi, Mireille Jean.

Le 5 mai dernier était lancé le concours d'entrepreneuriat artistique, le premier d'une série de trois. Lundi matin, c'était au tour du concours d'entrepreneuriat communautaire d'être annoncé. 

Cette série de trois concours est une initiative unique au Québec. Pour Mme Jean, il est important que l'entrepreneuriat soit reconnu sous toutes ses formes. 

« Ce que je veux démontrer, c'est que l'entrepreneuriat n'est pas dans un secteur seulement. Il faut voir l'entrepreneuriat dans l'ensemble des secteurs », affirme-t-elle.  

Pour sa part, le Fonds d'entraide communautaire célèbre cette année son vingtième anniversaire. Ce nouveau concours est donc l'occasion de célébrer la naissance du FEC, tout en mettant en valeur l'implication communautaire en entrepreneuriat. 

« Nous désirons par ce concours stimuler la création et l'émergence de nouvelles entreprises à Chicoutimi », confirme Wilson Angarita, directeur du FEC. 

L'équipe du FEC et la députée aimeraient bien voir germer cette idée dans d'autres municipalités du Québec. « On espère qu'il y en a qui vont vous imiter, vous copier, pour qu'on puisse se développer adéquatement au Québec», souhaite Marc Plourde, président du conseil d'administration du FEC.

Encadrement

Parmi toutes les candidatures reçues, seules deux auront droit au grand prix. Chaque gagnant recevra une bourse de 3500$ ainsi qu'un accompagnement entrepreneurial de deux ans. La députée n'entend toutefois pas délaisser ceux dont les projets n'auront pas conquis le coeur du jury. 

« S'il y a des bons projets au travers de ça, on ne les laissera pas tomber. On va voir comment on peut les aider autrement que par le concours », explique-t-elle. Selon elle, l'accompagnement fait la différence dans la réussite d'un projet.

Les personnes de la circonscription de Chicoutimi intéressées à participer au concours ont jusqu'au 30 septembre pour déposer leur projet.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer