Les élus interpellés sur les résidus de bauxite

Le site d'entreposage des résidus de bauxite de... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le site d'entreposage des résidus de bauxite de l'usine d'alumine Vaudreuil.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pauline Mourrat
Le Quotidien

Le comité Citoyens pour un Vaudreuil durable (CVD) demande plus de présence de la part des élus dans le dossier des résidus de bauxite. Le Comité est sans nouvelles de Rio Tinto depuis plus de six mois.

Une trentaine de personnes sont venues assister au colloque Stratégie de valorisation des résidus industriels solides pour un développement durable, diffusé en visioconférence à l'Université du Québec à Chicoutimi, dans le cadre du 85e Congrès de l'Association francophone pour le savoir, qui se tenait à l'université McGill.

 « Il y avait quelques représentants politiques, mais aux vues des invitations qui ont été envoyées, il aurait dû y avoir plus de monde », constate le vice-président du CVD, Frédéric Gagnon, joint par Le Quotidien.

L'objectif du colloque était d'ouvrir des discussions axées sur ce que peuvent faire les régions dans le domaine de la valorisation des ressources. Plusieurs intervenants du milieu du développement durable étaient présents afin de présenter des avancées scientifiques.

« Il y avait quand même un représentant de Rio Tinto qui était là pour écouter les recommandations, il y avait aussi des gens du syndicat de l'usine d'Alma », fait remarquer M. Gagnon.

rio tinto se fait attendre

À la suite de la publication du rapport de consultation publique sur le projet Vaudreuil au-delà de 2022, il y a six mois, Rio Tinto s'était engagée à partager régulièrement l'avancée des travaux de recherche.

« Depuis décembre, rien n'a changé et on n'a pas de nouvelles. On leur a fait des recommandations, on a proposé des alternatives qu'ils ont balayées du revers de la main », explique Frédéric Gagnon. Le vice-président déplore également le fait de ne pas être inclus dans la stratégie de communication de la multinationale.

Cependant, le comité bénéficie de plusieurs appuis, notamment de la part des citoyens du secteur. « Il faut savoir qu'on ne baisse pas les bras, on fait du porte-à-porte régulièrement. On a même des appuis de personnes qui travaillent dans l'usine », précise le vice-président.

Depuis octobre 2015, le CVD envoie des courriers aux ministères de l'Environnement et de la Santé et des Services sociaux et cumule les relances, sans réponses. « On attend, on les relance régulièrement, mais c'est silence radio, déplore M. Gagnon. Mais on n'arrêtera pas pour autant de les talonner. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer