Des études pour valoriser les surplus de copeaux

Des copeaux de bois.... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Des copeaux de bois.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Alors que les scieries du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Gaspésie s'apprêtent à soutenir des inventaires importants de copeaux dans leur cour, des chercheurs de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) plancheront pour trouver des utilisations autres pour cette matière entrant dans la fabrication du papier journal.

Comme la demande pour le papier journal est en baisse continuelle en raison, entre autres, de la baisse de consommation et de l'utilisation du papier recyclé, des chercheurs de l'UQAT ont reçu des subventions totales de 750 000 $ provenant du Conseil national de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), du Consortium de recherche et innovations en bioprocédés industriels du Québec (CRIBIQ), de Norbord, Airex Énergie, Énerlab2000 et Produits de construction Derby. 

Les deux projets de recherche visent à mettre en valeur une partie des 16 millions de tonnes métriques de copeaux que produit annuellement le Canada à des fins industrielles.

Trois chercheurs, dont le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la valorisation, la caractérisation et la transformation du bois de l'UQAT, Ahmed Koubaab ont obtenu une subvention de 579 000 $ du CRSNG visant à optimiser le procédé de mise en copeaux destiné à la production de bioénergies et de bioproduits. Les travaux porteront sur les panneaux à lamelles orientées (panneaux OSB), panneaux d'isolation, composites bois-polymères et de la bioénergie. 

Un autre groupe des chercheurs ayant décroché une subvention de 170 000 $ du CRIBIQ poursuivra des recherches sur la valorisation des fibres cellulosiques pour l'utilisation de matériaux composites plus performants que la simple farine de bois tamisée. Ces travaux se dérouleront dans le contexte où les manufacturiers de produits en matériaux plastiques sont tenus, pour des raisons économiques et réglementaires, de substituer et d'augmenter la teneur en matériaux biosourcés dans leurs produits. L'étude menée vise à faire face aux défis scientifiques et techniques que connaissent ces fibres dans ces produits. Les produits visés incluent les revêtements muraux extérieurs, la tuyauterie et les conduits à haute performance, la câblerie et les isolants.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer