Québec écarte le projet Biomoss Carbone

L'acquisition par Norbord de l'usine de Chambord, anciennement... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

L'acquisition par Norbord de l'usine de Chambord, anciennement propriété de Louisiana Pacific, a amené une sérieuse réflexion au gouvernement du Québec.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a finalement écarté le projet Biomoss Carbone. Son attachée de presse, Gabrielle Fallu, a confirmé au Quotidien, mercredi, qu'il « ne répondait pas aux critères du gouvernement ». Il accorde plutôt des volumes de bois à d'autres promoteurs tout en cherchant des solutions pour répondre aux besoins de Norbord qui travaille sur la relance de l'usine de panneaux de Chambord.

Le gouvernement du Québec a publié un communiqué, mercredi, dans lequel il confirme que le bureau de projet de Saint-Félicien, mis sur pied en mars 2015, a finalement retenu deux projets pour permettre une plus grande utilisation des volumes de feuillus disponibles dans la région depuis la fermeture de l'usine de Louisiana-Pacific, qui appartient aujourd'hui à Chambord.

Nouvelle garantie

Québec a ainsi accordé une nouvelle garantie d'approvisionnement de 31 000 mètres cubes par année à la scierie de Petit-Saguenay, en plus d'avoir accordé une garantie additionnelle à l'entreprise Elkem Métal en 2016. Avec ces deux décisions, le gouvernement a toujours entre les mains une garantie additionnelle de 245 950 mètres cubes.

Le communiqué n'en fait pas état, mais l'attachée de presse du ministre Luc Blanchette a confirmé que ce volume allait être considéré par le gouvernement pour constituer l'approvisionnement nécessaire pour relancer l'usine Norbord. L'entreprise, spécialisée dans la fabrication de panneaux gaufrés, a l'intention d'exploiter la capacité maximum de transformation des installations qui est de l'ordre de 70 000 mètres cubes par année.

Mme Fallu n'a toutefois pas été en mesure d'expliquer de quelle façon le gouvernement allait résoudre le problème de l'approvisionnement pour la relance de l'usine de panneaux de Chambord. Il manque, si l'on tient compte d'un approvisionnement de 225 000 mètres cubes des producteurs privés, toujours 225 000 mètres cubes de feuillus pour atteindre l'objectif d'exploitation de Norbord.

Québec pourrait regarder du côté de la Haute-Mauricie et de la région de Québec pour identifier des sources d'approvisionnement. Selon les commentaires formulés par les représentants de Norbord aux représentants du Syndicat des producteurs de bois du Saguenay-Lac-Saint-Jean, la constitution d'un approvisionnement stable à long terme de 70 0000 mètres cubes de feuillus (tremble et bouleau) constituait le principal enjeu avant que l'entreprise prenne une décision finale. Elle devra de plus investir entre 30 et 40 M$ pour rénover certains équipements de production, dont le système d'épuration d'air qui ne répond plus aux normes de rejets environnementaux.

D'autres promoteurs seront déçus par l'annonce, dont le maire de La Doré, Jacques Asselin, qui avait un projet de scierie pour le feuillu dans sa municipalité. Tout indique que le projet présenté au bureau de projet n'a pas été jugé recevable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer