Charl-Pol: une nouvelle convention et une fermeture

Selon le président de Charl-Pol, l'usine du chemin... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Selon le président de Charl-Pol, l'usine du chemin Saint-Anicet possède un carnet de commandes bien rempli.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'entreprise baieriveraine Charl-Pol a conclu une entente pour le renouvellement du contrat de travail de ses 36 employés membres du syndicat affilié à la CSN oeuvrant à son usine du chemin Saint-Anicet. Toutefois, leurs collègues du chemin de l'Innovation, membres de la FTQ, ont eu moins de chance puisqu'une quarantaine d'entre eux ont été mis à pied vendredi en raison d'un carnet de commandes vide.

Les travailleurs CSN se sont prononcés, le 26 janvier dernier, à 100% en faveur des termes de leur nouvelle convention collective. Le nouveau contrat de travail prévoit des augmentations salariales totalisant près de 14% pour les six années de la convention. Des gains ont été obtenus au chapitre des congés mobiles, primes et droits syndicaux en plus d'une bonification du régime de retraite par l'employeur, a expliqué le président du syndicat Yves Potvin. Une douzaine de séances de négociations ont été nécessaires pour en arriver à une entente, selon le président du syndicat. «Nous avons atteint nos objectifs de négociation. Nous sommes d'avis que la restructuration administrative faite par l'employeur a facilité les discussions lors des séances de négociation. Enfin, notre travail est reconnu par notre employeur. Nous sommes fiers des résultats de la négociation.»

En entrevue, le président de Charl-Pol, Richard Tremblay, a mentionné que l'usine du chemin Saint-Anicet possède un carnet de commandes bien rempli auprès de différents clients permettant d'assurer les activités de fabrication pour les cinq prochaines années.

Fermeture temporaire

Leurs collègues ont reçu une moins bonne nouvelle puisque la direction a annoncé vendredi la fermeture temporaire, faute de commande. «Nous avions un contrat majeur qui occupait l'usine pour un projet se déroulant en trois phases avec des étapes de validation. Nous n'avons pas été capables de soutenir les prix pour la deuxième phase. Quarante personnes ont terminé », explique M. Tremblay . Il s'agit de pièces qui devaient être fabriquées dans le cadre du projet de réaménagement de l'échangeur Turcot.

Ce dernier ajoute que le marché pour les pièces mécanosoudées est morose et difficile, nécessitant d'être prudent et proactif à la fois. «Il y a des appels d'offres, mais il est difficile d'obtenir des contrats. Il arrive qu'on soit jusqu'à 20 soumissionnaires de la région et de l'extérieur à déposer des prix », explique M. Tremblay.

Appelé à commenter la fermeture temporaire, le président du syndicat CSN espère que ses camarades du local FTQ-UES 800 retrouvent rapidement leur travail à l'usine Charl-Pol Innovation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer