Gervais Jacques veut rétablir le dialogue

Selon M. Jacques, l'entreprise a assuré que les réductions... (123RF)

Agrandir

Selon M. Jacques, l'entreprise a assuré que les réductions de postes à l'Usine Grande-Baie « se feraient au fil des départs à la retraite, et qu'il n'y aurait aucune mise à pied associée à ce plan d'amélioration ».

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le directeur général des opérations Atlantique Aluminium de Rio Tinto, Gervais Jacques, dit comprendre que l'entreprise doit développer un meilleur dialogue avec la région. Dans une lettre ouverte, dont l'intégrale est publiée dans la section opinion du Quotidien (p.12-13), M. Jacques assure qu'il travaillera de concert avec des organismes de la région pour atteindre ce but.

« Concrètement, nous collaborerons entre autres avec le Regroupement des chambres de commerce du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour jeter les bases d'une nouvelle approche permanente d'échanges avec le milieu », peut-on lire dans la lettre.

Cette réponse du directeur général survient quelques jours après l'annonce de la suppression de 103 emplois à l'aluminerie de La Baie de Rio Tinto. La nouvelle avait suscité de vives réactions partout dans la région.

Selon M. Jacques, l'entreprise a assuré que les réductions de postes « se feraient au fil des départs à la retraite, et qu'il n'y aurait aucune mise à pied associée à ce plan d'amélioration ».

« Ceci étant dit, je suis très conscient que cela s'ajoute à plusieurs changements dans notre organisation, qui créent de l'insatisfaction et de l'incertitude », poursuit Gervais Jacques dans sa lettre.

Le directeur général des opérations rappelle que le Saguenay-Lac-Saint-Jean est un atout stratégique pour Rio Tinto et que la compagnie souhaite collaborer avec la région.

Par ailleurs, la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF) a réagi à l'annonce des coupes à La Baie, dans les pages du journal de vendredi. En entrevue au Quotidien, le président de la CCISF, Carl Côté, a mentionné que les réactions causées par le choix de Rio Tinto s'expliquent par le manque d'information de la population. Il enjoignait donc la multinationale à rétablir le dialogue avec les citoyens de la région. M. Côté dénonçait également la culture de communication qui règne présentement chez Rio Tinto, et qui, selon lui, contribue au malaise régional. 

Pour lire la lettre ouverte de Gervais Jacques: Un dialogue constructif à rétablir

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer