Norbord aura du bois, assure Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard confirme que si Norbord redémarre... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le premier ministre Philippe Couillard confirme que si Norbord redémarre l'usine de Panneaux Chambord, elle pourra bénéficier d'un approvisionnement forestier.

«Norbord envoie des signaux très positifs. Moi je le dis très clairement: le jour ou la minute que Norbord confirme l'ouverture de l'usine avec une date et un nombre d'employés, il y aura du bois pour eux. Et les autres (qui avaient un projet) avaient juste à se dépêcher. Moi, ce que je veux, c'est des jobs. La fermeture de cette usine a été difficile; si on peut la repartir, on va tout faire pour que ça se concrétise», a-t-il déclaré lors d'un entretien à la station radiophonique Planète.

Priorité

Le député de Roberval va donc donner priorité au premier projet concret qui lui sera soumis. Le projet de Biomoss carbone devra donc déposer rapidement un projet s'il veut du bois. D'ailleurs, Philippe Couillard a affirmé que les promoteurs du projet Biomoss carbone n'auraient plus besoin d'aide financière du gouvernement. «Où est-ce que s'en va le projet? Je n'ai pas eu de développement récent. Tant mieux s'il avance, je ne suis pas trop sûr où est rendu le projet», a-t-il affirmé.

Rappelons que le ministère des Forêts avait accordé une garantie d'approvisionnement d'environ 275 000 mètres cubes à Biomoss carbone à condition que le projet soit mis en place d'ici la fin de l'année. Ce qui ne sera vraisemblablement pas le cas.

Deux scénarios

Norbord a annoncé cette semaine dans Le Quotidien sa volonté de rouvrir l'usine de Chambord, qu'elle a acquis récemment. Il y a deux scénarios sur la table. S'il faut que des équipements soient changés pour répondre aux normes gouvernementales, l'ouverture se fera dans deux ans. Si Norbord avait la permission de fabriquer du panneau sans avoir à changer immédiatement les équipements qui posent problème et le faire en cours de route, une réouverture serait beaucoup plus rapprochée.

En revanche, pour relancer l'usine, une garantie d'approvisionnement en bois d'au moins 350 000 mètres cubes serait exigée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer