Crise du bois d'oeuvre: une plainte imminente

L'Association des manufacturiers de bois d'oeuvre des États-Unis devrait... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Association des manufacturiers de bois d'oeuvre des États-Unis devrait déposer vendredi matin une plainte officielle pour concurrence déloyale contre les producteurs canadiens devant la Commission internationale du commerce des États-Unis. L'industrie canadienne replongerait ainsi dans une troisième crise majeure depuis 1980.

Le président du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), André Tremblay, confirme que des informations sérieuses circulent en ce moment aux États-Unis voulant que les manufacturiers posent ce geste officiel. Les producteurs canadiens ne tomberont pas en bas de leur chaise en apprenant la nouvelle puisqu'ils s'interrogeaient surtout sur la date du dépôt de cette plainte.

Même si l'industrie s'attendait à ce geste, le message lancé par le dépôt n'augure rien de bon pour les prochains mois. Selon André Tremblay, une surtaxe devrait normalement être imposée sur les exportations canadiennes en avril et elle affecterait ainsi grandement les ressources des entreprises.

« C'est surtout difficile puisque cette affaire survient alors qu'on a une fenêtre intéressante aux États-Unis. Le dollar a baissé alors que la demande est bonne. C'est un coup dur quand ça fait 10 ans que vous perdez de l'argent et qu'il y avait enfin une bonne période », reprend le président du CIFQ.

Ce dernier a indiqué que plusieurs raisons ont été avancées pour déterminer le choix de la date du dépôt de la plainte. Certains ont fait allusion au fait que les producteurs américains de bois d'oeuvre préféraient attendre la tenue de l'élection présidentielle avant de passer à l'action.

Discussions

Parallèlement au dépôt de cette plainte, des discussions ont lieu entre les négociateurs des gouvernements canadien et américain. Une rencontre au sommet a eu lieu alors que le sujet a été évoqué par le premier ministre Justin Trudeau et le président Barack Obama. Une rencontre ultérieure mettant en présence la ministre canadienne du Commerce international, Chrystia Freeland, et son homologue américain, Michael Froman, confirmait que les deux pays convenaient de négocier une entente. Selon le spécialiste en commerce international québécois Carl Grenier, les communiqués officiels de cette rencontre indiquaient clairement que le Canada acceptait le principe de se faire imposer des conditions pour exporter son bois d'oeuvre aux États-Unis.

Quotas

Il ne restait alors, selon le spécialiste, qu'à déterminer les conditions. Les Américains souhaitent imposer un quota aux scieurs canadiens. En ce moment, le Canada occupe 33 % du marché américain. Les scieurs américains veulent diminuer ces parts de marché de façon à faire des pressions à la baisse sur l'offre de bois pour maintenir des prix élevés.

Les règles du commerce international interdisent l'imposition de quotas et c'est ce qui explique que les deux pays doivent en arriver à une entente négociée. L'imposition de ces quotas aura un impact très important sur les entreprises de sciage du Québec et de l'Ontario, dont l'unique marché d'exportation important est celui des États-Unis. Les scieurs de l'ouest du pays peuvent toujours se tourner vers l'Asie pour exporter du bois lorsque le marché américain est moins intéressant.

Victoires du Canada

Il faut rappeler que le Canada a toujours gagné les litiges devant les tribunaux de l'Organisation mondiale du commerce. Malgré ces gains, les États-Unis refusent toujours de se plier aux règles internationales.

Pour les entreprises du Québec, la crise sera amplifiée par l'augmentation du coût de la fibre provoquée par l'adoption par le gouvernement du Québec du nouveau régime forestier dont l'objectif était justement de contrer les arguments américains qui prétendent que les scieurs bénéficient de subventions déguisées au Québec en ayant accès à une ressource dont le coût n'est pas assez élevé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer