Bois d'oeuvre: rencontre entre Gilles Potvin et Raymond Chrétien

Michel Adrien, maire de Mont-Laurier; Déborah Bélanger, mairesse... (Courtoisie)

Agrandir

Michel Adrien, maire de Mont-Laurier; Déborah Bélanger, mairesse de Rivière-Rouge; Rénald Bernier, maire de Saint-Pascal; Jean-Maurice Matte, maire de Senneterre; Normand Beaudoin, maire de La Tuque et Gilles Potvin, maire de Saint-Félicien ont discuté avec Raymond Chrétien, négociateur en chef pour le Québec de l'importance que le régime forestier québécois soit traité différemment dans le dossier du bois d'oeuvre.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, a discuté avec Raymond Chrétien, le négociateur en chef pour le Québec dans le cadre du conflit sur le bois d'oeuvre, pour lui faire part de certains arguments.

Le magistrat était accompagné des membres du Comité sur la forêt de l'Union des municipalités du Québec (UMQ). Ils ont sensibilisé M. Chrétien aux impacts néfastes d'un nouveau conflit commercial sur le bois d'oeuvre pour l'économie des régions forestières et de l'ensemble du Québec.

Pour l'UMQ, il est essentiel que le gouvernement fédéral tienne compte de la spécificité du régime forestier québécois dans ses discussions avec ses partenaires américains.

Ils ont souligné que le Québec s'est doté en 2013 d'un régime forestier qui répond adéquatement aux règles d'un libre marché demandé par les Américains. «Dès lors, il s'avère essentiel que le gouvernement fédéral priorise, dans le cadre des négociations d'un nouvel accord, une exemption pour le Québec», a réclamé Gilles Potvin.

«La surenchère protectionniste qui a caractérisé les débats lors de la campagne présidentielle américaine inquiète les élues et élus municipaux du Québec quant à l'avenir du secteur forestier au Québec. Alors que les négociations d'un nouvel accord sur le bois d'oeuvre se trouvent dans une impasse, il est impératif que le premier ministre du Canada et le président élu des États-Unis se rencontrent rapidement et concluent une entente de principe sur le bois d'oeuvre qui respecte les particularités forestières du Québec», a-t-il ajouté.

Pour sa part, Jean-Maurice Matte, maire de Senneterre, a déclaré que «le secteur forestier exerce un poids majeur dans la vitalité de nos communautés. L'économie de plus de 220 municipalités dans toutes les régions du Québec est en effet liée à la filière du bois, qui génère près de 60 000 emplois directs sur l'ensemble du territoire».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer