Différents chemins mènent à la réussite

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis sa première entreprise de traiteur à 19 ans, jusqu'à être à la tête d'une cinquantaine de restaurants, le chef cuisinier Louis-François Marcotte a connu bien des embûches. Il espère que son parcours « atypique » pourra inspirer quelques personnes, lui qui est l'invité-vedette du Rendez-vous régional de l'entrepreneuriat, tenu à l'Hôtel Chicoutimi de mardi à jeudi.

« Les entrepreneurs, c'est la relève. Ils permettent de mettre de l'avant les richesses locales, ce que les grosses compagnies font un peu moins. Il n'y en a pas un qui passe par le même chemin. S'il y a une personne dans la salle qui peut prendre un bout de mon histoire, l'appliquer dans sa situation et que ça marche, tant mieux », explique celui qui s'est fait connaître à la télévision avec son émission Signé M.

Louis-François Marcotte se définit en grande partie comme un entrepreneur, puisqu'il n'a jamais vraiment eu de patron. Ce genre de relation est donc toute nouvelle pour lui, alors qu'il collabore avec la chaîne La Cage - Brasserie sportive pour renouveler leur menu.

Le chef a accepté avec plaisir l'invitation de Promotion Saguenay, qui organise l'événement pour une première année en relève des centres locaux de développement maintenant abolis. Une centaine de personnes a assisté à la soirée des succès entrepreneuriaux hier, où prenaient aussi part des exemples régionaux.

Le chimiste Hubert Marceau, de Laboratoire Phytochemia, a souligné l'importance de persévérer en matière de recherche de financement, lorsque les traditionnelles banques ne sont pas enthousiastes.

L'artiste Valérie Arsenault, de La Fabrik, est quant à elle passé de deux employés à sept après avoir décroché un important contrat de bijoux avec Simons, de quoi avoir « le vertige ».

Comptable de formation, Cindy Baillargeon de L'Enfantillage s'est démarquée des autres boutiques de vêtements pour enfants en étant disponible presque en tout temps pour les clients, notamment grâce aux médias sociaux.

Même le maire de Saguenay, qui prononcé le mot d'ouverture, pense qu'il était plus facile auparavant de se lancer en affaires, lui a géré une discothèque pendant deux ans en 1967 à peine âgé de 20 ans. « Maintenant, avec toute la paperasse et les contraintes du ministère du Revenu, j'admire les entrepreneurs! »

Sur l'heure du midi, mardi, Serge Desgagné, de Mecfor, a été nommé mentor de l'année.

Le Rendez-vous régional de l'entrepreneuriat vise justement à faire découvrir à la population si elle possède la fibre entrepreneuriale. Plusieurs ateliers ont lieu aujourd'hui et un déjeuner-conférence sur la relève se tient jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer