Morille Québec réalise une percée dans la métropole

Nathalie Simard est directrice adjointe chez Morille Québec.... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Nathalie Simard est directrice adjointe chez Morille Québec.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Morille Québec perce le marché montréalais et prend de l'expansion. L'entreprise de Saguenay vient de faire l'acquisition de La Belle au Bois Gourmand, qui oeuvre dans la distribution de champignons sauvages depuis cinq ans.

Les détails de la transaction demeurent confidentiels. Le propriétaire et président, Simon-Pierre Murdock, voit grand. D'ici six mois, il entend dénicher de 50 à 100 nouveaux clients à Montréal.

«On parle de décroissance un peu partout et de perte d'emplois. Chez nous, c'est tout le contraire. Les ventes sont en augmentation, on double notre chiffre d'affaires chaque année. Depuis 8 ans, on a toujours fait une croissance de 30 à 40%. D'ici 3 ans, je prévois que nous passerons de 12 à 50 employés. Nous avons beaucoup de projets, dont la mise en place d'un centre de recherche», raconte l'homme d'affaires.

«Actuellement, nous faisons affaire avec 800 clients et nous avons un distributeur en Chine. Notre entreprise fait un service de livraison chaque semaine à Québec et nous venons de fusionner avec une entreprise de Montréal. Dans ce marché, on retrouve 4000 établissements alimentaires, alors il y a beaucoup de potentiel.»

La direction de Morille Québec tentait de développer de nouvelles stratégies depuis trois ans pour pouvoir distribuer une centaine de produits à cette nouvelle clientèle. La distance compliquait les choses. Cette acquisition se voulait donc stratégique. Elle lui donne maintenant l'opportunité de grandir et de faire sa place.

«Nous souhaitons prendre tout le marché possible sur Montréal. Nos ambitions sont très grandes. Les petits fruits sauvages que nous avons développés depuis un an, selon moi, ç'a autant de potentiel que le champignon forestier», mentionne Nathalie Simard, directrice adjointe chez Morille Québec.

«À Québec, notre développement de marché va super bien. Nous avons une centaine de restaurants où nous livrons chaque semaine. Mais on avait un gros problème à Montréal. C'est à 500 kilomètres et nous n'avions pas d'entrepôt. La compétition est féroce, alors j'ai convaincu le propriétaire de La Belle au Bois Gourmand de venir travailler avec nous. Tous les actifs de cette entreprise intègrent la nôtre», ajoute M. Murdock.

«Dans l'alimentaire, le transport est difficile. Le succès est à notre porte et il ne nous reste qu'à l'ouvrir. À deux, on est plus fort et ça nous amène un meilleur pouvoir d'achat. J'étais seul et j'avais atteint ma capacité maximale de développement. Je ne pouvais pas aller plus loin alors ça arrive à point», mentionne Alain Collerette de La Belle au Bois Gourmand.

Morille Québec, dont le siège social est situé à Saguenay, est en opération depuis huit ans. 

Elle offre notamment des champignons séchés, des champignons de culture et des fruits sauvages. Dans le futur, la compagnie compte se faire connaître sous une nouvelle appellation, soit «MQ, Apprivoisez la cuisine sauvage».

Son chiffre d'affaires annuel se situe entre 1,5 et 3 millions de dollars

Établissements avec lequel Morille Québec fera dorénavant affaire grâce à la récente transaction

  • Sushi Park, dont le chef très célèbre chef Antonio Parc figure parmi les 50 meilleurs chefs au monde.
  • Manitoba, l'un des restaurants les plus en vue sur Montréal.
  • Mousseau, un restaurant recherché dont le chef, Antonin Mousseau-Rivard, est très réputé.
  • Le Garde Manger, un restau-bar couru offrant des repas axés sur les fruits de mer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer