Panneaux Chambord change de main

L'usine Panneaux Chambord... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

L'usine Panneaux Chambord

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

La corporation Louisiana-Pacific et la société Norbord, dont le siège social est établi à Toronto, ont confirmé un échange d'usines vendredi matin, par le biais de communiqués. La transaction devrait être officialisée dans les prochaines semaines.

Pour acquérir Panneaux Chambord, Norbord a dû céder son usine de Val-d'Or. Les opérations étaient suspendues dans l'une et l'autre des deux unités. Selon la direction de Norbord, aucun redémarrage n'est prévu pour l'instant. 

« Cet échange d'actifs augmentera l'harmonisation de nos usines du nord avec notre stratégie commerciale », signe le président et chef de la direction de Norbord, Peter Wijnbergen. « L'usine de Chambord est plus grande et se trouve dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, plus importante région de production de bois d'oeuvre au Québec. Bien que la conjoncture du marché ne préconise pas la relance immédiate de l'usine de Chambord, elle est en bonne condition, se trouve près de certains de nos marchés clés et représente une meilleure occasion concurrentielle pour Norbord. »

Les activités à l'usine Panneaux Chambord ont été interrompues en 2008. L'usine construite dans les années 1980 a une capacité de production estimée à 470 millions de pieds carrés, précise le nouveau propriétaire.

Au Québec, en plus de Panneaux Chambord, Norbord exploite une unité de production à La Sarre de même qu'un centre de recherche et de développement à Saint-Laurent. 

Sur la scène internationale, Norbord Inc. est reconnue tel un chef de file mondial en matière de panneaux dérivés du bois et le plus important fabricant de panneaux de lamelles orientées. La compagnie cotée en bourse fabrique également des panneaux de particules, des panneaux en fibres de densité moyenne et des produits à valeur ajoutée connexes. 

« Norbord compte des actifs d'environ 1,7 milliard $ et environ 2600 employés dans 17 usines aux États-Unis, au Canada et en Europe », indique-t-on.

Le ministre satisfait

(Louis Tremblay) - Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a appris avec satisfaction la transaction faisant passer l'usine de Chambord au sein du groupe Norbord qui cède une usine en Abitibi au groupe Louisiana-Pacific.« On parle dans ce cas d'une possibilité pour relancer deux usines et générer de l'activité économique », a insisté le ministre. Il a toutefois refusé de confirmer si les entreprises avaient eu des discussions avec le gouvernement du Québec qui avait retiré les garanties d'approvisionnement forestier de l'usine de Chambord afin d'offrir ce volume pour d'autres projets dans la région.

Des petits volumes ont été redistribués, mais les approvisionnements qui appartenaient à Louisiana-Pacific sont toujours disponibles.

« Nous allons analyser les dossiers soigneusement », a indiqué Luc Blanchette. Il est assuré que si le nouveau propriétaire confirme demain matin la relance de l'usine, Québec libérera les approvisionnements nécessaires.

Le Syndicat des producteurs de bois du Saguenay-Lac-Saint-Jean est également en attente. L'usine de Chambord avait été construite à l'époque pour écouler le feuillu provenant des terres privées et des peuplements mixtes de la forêt publique et ainsi rentabiliser les opérations forestières dans les forêts de proximité.

Unifor veut des garanties

(Isabelle Tremblay) - Le gouvernement doit absolument assurer les allocations de bois aux usines de Chambord et Val-d'Or, selon le syndicat Unifor, qui représentait les salariés de l'usine chambordaise. Le directeur québécois, Renaud Gagné, considère que l'échange d'usines est une bonne nouvelle en soi. Il demande cependant au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, de garantir ce bois afin de permettre d'éventuels redémarrages. 

Dans un communiqué émis lorsque l'annonce a été rendue publique, Unifor écrit que les installations des usines répondront davantage aux besoins de chacune des compagnies.

En effet, les panneaux de Louisiana-Pacific produits sont plutôt destinés au marché du revêtement extérieur alors que Norbord se concentre dans le panneau de construction. 

« Avec les allocations de bois nécessaires pour chacune des usines, leur réouverture a davantage de chances de se faire. Chacune des entreprises acquiert une usine plus près de son créneau de production habituel », pointe M. Gagné.

Il ajoute que ces projets permettraient aux régions touchées de retrouver des centaines d'emplois, tant en usine qu'en forêt, ainsi que dans le transport. « Pour nos régions qui ont été durement affectées par les pertes d'emplois dans le secteur forestier, c'est majeur. Le gouvernement libéral doit soutenir les projets en mettant en place les conditions favorables au redémarrage », termine le dirigeant syndical.

Gérard Savard mise sur l'avenir

(Isabelle Tremblay) - Le maire de Chambord, Gérard Savard, estime que la transaction constitue une nouvelle intéressante, surtout pour l'Abitibi. À court terme, il fonde peu d'espoir pour une relance des opérations dans l'usine chambordaise. L'élu mise sur l'avenir et dit avoir confiance en la direction de Norbord.« LP va rouvrir pour fabriquer un produit de revêtement extérieur. Semble-t-il que la principale raison de l'échange est que la presse des installations de Val-d'Or correspond davantage aux besoins de Louisiana-Pacific. Celle-ci est d'une longueur de 16 pieds alors que la nôtre mesure 24 pieds », mentionne le magistrat.

Il ne s'attend pas à une relance des activités dans les installations de Chambord. Selon lui, la perte de la garantie d'approvisionnement constitue un élément moins alléchant pour la direction de Norbord. « Nous avons été avertis qu'il n'y a pas de relance dans l'air du côté de Chambord, à court terme. Mais qui sait ? Ils auront peut-être des idées de développement pour le futur. On connaît bien Norbord. Cette compagnie a une forte attache à l'égard du Québec. Ce sont les plus gros producteurs de panneaux OSB à travers le monde. Ils sont en Amérique du Nord, en Europe et même en Asie. »

Gérard Savard a eu la puce à l'oreille au sujet de la transaction jeudi soir. Il a été informé au téléphone par un membre de la direction de Louisiana-Pacific qu'une annonce serait effectuée vendredi matin. « Je ne savais pas de quoi il s'agissait. Nous avons reçu le communiqué en même temps que tout le monde », conclut-il.

Hudon prête à collaborer

(Isabelle Tremblay) - La préfète de la MRC du Domaine-du-Roy, Ghislaine Hudon, voit d'un bon oeil l'échange de bâtisses intervenu entre Louisiana-Pacific et Norbord. Elle et les dirigeants de la municipalité régionale de comté sont disposés à rencontrer l'entreprise pour collaborer à la réalisation d'éventuels projets. L'élue souhaite que Norbord fasse preuve de proactivité pour développer la filière feuillue.« C'est une bonne nouvelle. Ça bouge ! Ils reprennent leurs équipements puisque cette usine leur appartenait avant que LP en fasse l'acquisition. J'ai hâte de voir ce que ça va donner. Ils n'ont pas de bois pour l'instant, mais ils ont sûrement des intentions derrière tout ça. Nous attendons la suite des choses », commente Mme Hudon, qui a appris qu'une entente était intervenue lorsque jointe par Le Quotidien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer